«Il faut démasquer Nicolás Maduro!»

VenezuelaLe maire de Caracas, opposant politique, était placé en détention il y a un an. Pour conspiration. Ses filles sont à Genève et accusent le pouvoir

Antonietta Ledezma et sa soeur Oriette Capriles.

Antonietta Ledezma et sa soeur Oriette Capriles. Image: Geneva Summit for Human Rights and Democracy

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Mon père est réduit au silence. Je suis devenue sa voix.» Antonietta Ledezma rêvait sans doute de démarrer autrement sa vie active. Mais tout a basculé il y a un an quand son père, Antonio Ledezma, alors maire de Caracas, était arrêté par les services secrets et jeté en prison pour avoir supposément fomenté un coup d’Etat. Ce mardi à Genève, Antonietta et sa soeur Oriette Capriles, accompagnée de son fils Ernesto Fuenmayor, s’adressent au huitième Sommet pour les droits de l’homme et la démocratie organisé par une vingtaine d’ONG dont UN Watch.

Antonio Ledezma est accusé de conspiration. Quelles sont ses conditions de détention?

AL: Il y a un an, lorsque les services spéciaux sont allés l’enlever à son bureau dans la mairie, il a d’abord été détenu dans la prison militaire de Ramo Verde. Mais depuis avril, il est assigné à résidence suite à une hernie qui a nécessité deux opérations.

OC: La maison est devenue une vraie prison. Il y a des gardiens partout, le fusil au poing, des véhicules garés jusque dans le jardin, un gars installé avec son ordinateur dans les escaliers, qui visiblement écoute les communications... C’est du délire! Tout comme son «arrestation» que nous appelons plutôt «séquestration»: ils sont arrivés à 120 et ont emmené le maire de Caracas sans même avoir un mandat d’arrêt! Même l’ONU estime qu’il s’agit là d’une détention arbitraire et réclame sa libération immédiate.

Où en est son procès?

AL: Une audience préliminaire devait se tenir dans les 40 jours après l’arrestation. Mais elle a été reportée dix fois, sous les prétextes les plus absurdes. Finalement elle a eu lieu lundi dernier. Le procureur général accuse mon père de conspiration et d’association de malfaiteurs, il requiert 26 ans de prison pour ces deux charges cumulées. C’est du «terrorisme judiciaire»! Nous ne savons pas quand le procès commencera. Les autorités n’ont pas le début d’une preuve. Mon père n’a jamais appelé à la violence et encore moins fomenté un coup d’Etat. Il avait seulement cosigné une déclaration intitulée «Transition» qui appelait Nicolás Maduro à la démission. Les accusations sont totalement farfelues. Un militaire qui avait témoigné contre le maire de Caracas s’est enfui depuis lors aux Etats-Unis et affirme qu’il avait parlé sous la torture...

Mais une loi d’amnistie va être votée, n’est-ce pas?

OC: Mardi passé, la nouvelle Assemblée nationale où l’opposition est majoritaire depuis janvier a adopté en première lecture un projet de loi d’amnistie qui concerne 78 détenus politiques, dont Antonio Ledezma. Mais cela va prendre du temps. Le parlement doit débattre point par point la quarantaine d’articles qui la composent. Puis il y aura un second vote. Ensuite, le président Nicolás Maduro (qui a déjà annoncé qu’il ne la promulguera jamais) présentera ses commentaires, qui devront être débattus... En dernier lieu, la Constituion autorise l’Assemblée à passer outre et à promulguer elle-même la loi. Le problème, c’est que la Cour suprême (liée au pouvoir) annule les décisions parlementaires. Ce n’est pas ça la démocratie!

Comment réagit la population?

AL: La population entend une tout autre histoire, car au Venezuela les médias sont complètement baîllonnés, aux ordres du pouvoir.

OC: Par contre, ce que perçoit la population, c’est la faillite du pouvoir. La pénurie d’aliments et de médicaments s’aggrave de jour en jour. Les gens font la queue pendant des heures pour acheter du lait, des oeufs, du savon, des lingettes hygiéniques... Sur les réseaux sociaux, tout le monde est à la recherche de médicaments. Nous sommes une puissance pétrolière, troisième fournisseur des Etats-Unis, mais le pays en au bord de la banqueroute!

EF: Le pouvoir de Nicolás Maduro ne tenait que grâce à la rente pétrolière, qui représente plus de 90% de nos revenus. Mais maintenant que le prix du pétrole s’est effondré, il ne peut plus faire illusion.

Qu’espérez-vous de cette visite à Genève?

AL: On nous dit qu’une centaine de diplomates assistent aux réunions sur les droits de l’homme. Nous voulons que le monde connaisse la vérité sur ce qui se passe au Venezuela. Il faut démasquer ce pouvoir corrompu. Savez-vous que le beau-fils et le neveu de la première dame, Cilia Flores, ont été arrêtés aux Etats-Unis pour trafic de drogue? Et pendant ce temps à Caracas, c’est mon père qui est jugé! Il y a au Venezuela plus de prisonniers politiques qu’à Cuba. C’est désespérant.

Créé: 22.02.2016, 15h48

Articles en relation

Le maire de Caracas arrêté pour tentative de putsch

Venezuela L'opposant vénézuélien Antonio Ledezma, maire de Caracas, a été arrêté jeudi par les services de renseignement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.