«Il faut penser à des droits de l'homme numériques»

Genève internationaleLa Suisse veut ancrer Genève comme leader de la future gouvernance mondiale d'Internet. Bilan après un an d'activités.

Le conseiller national zurichois PLR Ruedi Noser.

Le conseiller national zurichois PLR Ruedi Noser. Image: KEYSTONE/STEFFEN SCHMIDT

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Comment protéger nos vies virtuelles? Qui doit arbitrer les cyberconflits? Quelle liberté d’expression sur la Toile? Comment y favoriser le commerce? Ces questions se font de plus en plus complexes et brûlantes au niveau international. Au point qu’on parle désormais de gouvernance mondiale de l’Internet. Entendez par là une sorte de capitale du Web où différentes structures de régulation pourraient se coordonner et où l’on pourrait discuter des problèmes liés à Internet.

Pour le Conseil fédéral, Genève doit être cet endroit. Pour positionner la Ville dans cette compétition mondiale, il a lancé il y a un an la Geneva Internet Platform. Premier bilan avec son «père spirituel», le conseiller national Ruedi Noser (PLR/ZH), pour qui il n’est pas besoin d’être un geek pour se sentir concerné.

- On parle de Genève pour abriter la gouvernance mondiale de l’Internet. Qu’est-ce que le citoyen a à y gagner?

- Je pense que chaque citoyen en Suisse et à travers le monde a un intérêt à disposer d’un organisme qui réfléchit et organise nos droits. C’est important. En ce moment, nos droits numériques appartiennent à Google, à Facebook ou à Apple, et notre protection est très faible. J’ai l’impression que le simple quidam n’a pas conscience de ce qui se passe. J’espère que nous pourrons arriver à une sorte de Déclaration des droits de l’homme en la matière, ou à une directive en annexe aux droits de l’homme que l’on puisse utiliser comme sigle de qualité. C’est donc utile à chacun.

- La guerre du futur, selon vous, sera la guerre des données. La Suisse est le bon endroit pour arbitrer ce conflit?

- J’en suis persuadé à 100%. Regardez: qui fournit la plate-forme de discussion entre les Etats-Unis et l’Iran? C’est la Suisse. Nous avons des diplomates, des universitaires, des infrastructures pour faire de Genève la maison hôte des discussions sur Internet. Nous avons aussi de la volonté. La Suisse se bat pour jouer ce rôle.

- Qu’est-ce qui nous manque?

- Nous avons besoin de docteurs, de chercheurs. Aujourd’hui, presque la totalité des recherches dans le domaine Internet se fait aux Etats-Unis. Il faut que nos Universités s’y mettent aussi davantage. A la fin, c’est une question de confiance pour nos interlocuteurs.

- Quel rôle joue la Geneva Internet Platform?

- Cette initiative renforce le rôle et l’importance de la Genève internationale. Parce que je pense que les négociations diplomatiques classiques perdent un peu d’influence, tandis que les diplomaties au niveau virtuel gagnent en intérêt. (24 heures)

Créé: 21.03.2015, 10h58

Faire de Genève une référence naturelle

Dotée de 400'000 francs par la Confédération, la Geneva Internet Platform est gérée par l’organisation DiploFoundation. Qu’a-t-elle fait durant sa première année d’activité? Elle a organisé une foule d’événements et de séminaires en Suisse et à travers le monde. Son leitmotiv est clair: l’approche suisse de la gouvernance de l’Internet doit rayonner, à savoir un Internet neutre, démocratique, transparent, basé sur le respect.

Directeur de DiploFoundation, Jovan Kurbalija donne des exemples d’activités de la Geneva Internet Platform: une tournée asiatique a été réalisée pour «montrer que les impacts d’une gouvernance mondiale sont très locaux». A Singapour, on a disserté sur le concept d’intimité virtuelle. A Jakarta, on a parlé de la liberté d’expression sur le Web. Jovan Kurbalija pense qu’il faudra au moins deux ans pour que la plate-forme devienne une référence internationale. «Le succès se mesurera ces prochaines années. Il faut que les gens, quand ils pensent à la gouvernance mondiale de l’Internet, pensent à Genève.»

Articles en relation

Les régulateurs instaurent la neutralité du Web

Etats-Unis Des règles strictes seront imposées aux fournisseurs d'accès à Internet afin d'assurer un traitement équitable de l'ensemble du trafic à travers les réseaux. Plus...

Paris veut renforcer l'arsenal contre les dérives du Net

Racisme La ministre française de la justice Christiane Taubira a réaffirmé dimanche sa détermination à doter la France des outils juridiques pour contrer les dérives d'internet en matière de racisme et d'antisémitisme. Plus...

Un sommet pour museler les terroristes sur le web

Etats-Unis Lors du sommet de la Maison-Blanche pour contrer la violence extrémiste, le rôle d’Internet s’est retrouvé, jeudi,au coeur des discussions. Plus...

Petit guide pour protéger sa vie privée sur Internet

Marre de voir Facebook ou Google piocher dans vos données? Envie de plus de sécurité? Nos conseils pour ne plus être mis à nu sur le web Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Christian Constantin dérape une fois de trop», paru le 23 septembre 2017.
(Image: Valott) Plus...