Passer au contenu principal

Un favori zurichois pour la succession de Rösti?

Qui remplacera le Bernois à la tête de l'UDC l'an prochain? Le «Tages-Anzeiger» mise sur le conseiller national Thomas Matter.

Thomas Matter.
Thomas Matter.
KEYSTONE

Les pronostics vont bon train au sujet de la succession d'Albert Rösti. Le président de l'UDC, marqué par les mauvais résultats enregistrés lors des récentes élections fédérales, a annoncé juste avant Noël qu'il passerait le témoin au printemps prochain. Mais à qui? Côté romand, les regards se tournent vers la Genevoise Céline Amaudruz, actuelle vice-présidente, tandis que Thomas Aeschi, le chef du groupe UDC aux Chambres fédérales, fait partie des noms cités outre-Sarine.

Ce mardi, le «Tages-Anzeiger» évoque un autre conseiller national zurichois, Thomas Matter. Nos confrères en font même leur favori, en s'appuyant sur des sources internes. Ce richissime banquier privé de 53 ans peut faire valoir «une solide connaissance des dossiers politiques en matière de politique financière, économique et étrangère», argumente le quotidien zurichois. Il aurait aussi la fermeté nécessaire exigée par le patriarche Christoph Blocher et sa fille, Magdalena Martullo-Blocher. Mais lui-même n'a fait aucune déclaration à ce sujet jusqu'à présent.

De son côté, la «Basler Zeitung» avançait les noms d'autres candidats potentiels dans son édition de lundi: le Schwytzois Marcel Dettling, la Saint-Galloise Esther Friedli, le Zurichois Roger Köppel et la Bâloise Sandra Sollberger. De quoi faire monter le suspense d'ici à l'élection du successeur de Rösti, prévue le 28 mars 2020 à Bâle.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.