Y a-t-il un candidat dans votre commune?

Élections fédérales du 20 octobre 2019Une commune de Suisse sur deux n'a pas de candidat au Conseil national. Et la vôtre? Notre carte vous renseigne.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

--> Retrouvez les noms des candidats vaudois par localité ici

Zoomez et passer sur la carte pour afficher les infos de chaque commune. La carte en grand

Avec plus de 4660 candidats pour le Conseil national, jamais les élections fédérales n’auront séduit autant de prétendants. La hausse atteint 17% par rapport à 2015, dernier record en date. Les partis multiplient les listes. Le PDC est en tête, avec 22 listes supplémentaires, pour un total de 77. Cette augmentation est due à la présence de davantage de femmes et de seniors. Deux cantons romands font toutefois exception à la tendance nationale: Genève et Neuchâtel enregistrent respectivement deux et sept candidats de moins qu’il y a quatre ans.

Si les prétendants sont toujours plus nombreux, ils ne réussissent pas encore à couvrir l’ensemble du territoire. Ainsi, ce sont 46,3% des 2200 communes suisses qui ne présentent aucun candidat pour la Chambre du peuple, soit plus de 1000 communes. Est-ce un problème pour la représentation des différentes sensibilités? «Je ne pense pas, répond Pascal Sciarini, politologue à l’Université de Genève, qui préfère voir le verre à moitié plein. Il y a près de 55% des communes suisses qui comptent au moins un candidat.» C’est tout sauf négligeable.

Sans surprise, ce sont les zones les plus peuplées qui totalisent le plus de candidats. Se détachent ainsi la zone d’influence du Grand-Zurich, qui s’étend de l’Argovie vers la Suisse centrale et Schaffhouse, mais aussi les agglomérations de Genève, Berne, Bâle, Lausanne et Saint-Gall, ainsi que les villes du Tessin.

Logiquement, les localités qui comptent le plus d’habitants sont aussi celles qui présentent le plus de candidats. Ainsi 335 se lancent dans la course pour la seule ville de Zurich. Un record national qui s’explique aussi par le fait que le canton dispose de 35 sièges, ce qui multiplie les possibilités et les appétits. La même logique fait que la ville de Genève – bien que plus peuplée que Lausanne – compte un prétendant de moins (74 contre 75). Le canton du bout du lac disposant en effet de 12 mandats au National cette année, contre 19 pour le canton de Vaud.

Mais cette observation souffre de plusieurs exceptions. Ainsi, aucune personnalité ne se présente dans certaines communes de taille respectable comme Satigny (GE) – plus de 4000 habitants – ou Saint-Légier-La Chiésaz (VD) – 5000 âmes. Le record étant détenu par Glaris et ses plus de 12 000 habitants. À l’inverse, Linescio (TI) détient le taux le plus élevé de candidats par habitant: un pour 48.


Lire aussi: À Berne, quel élu vous représente le mieux?


Si l’arc alpin – moins peuplé – est généralement doté de moins de prétendants, les vallées du Valais constituent une exception. «C’est la preuve que, dans certains cantons, les partis font encore l’effort de couvrir tout le territoire», explique Pascal Sciarini, qui parle aussi d’une «logique clanique de certaines formations politiques comme le PDC». L’analyse de ces données fait aussi apparaître la vivacité politique dans certains cantons périphériques qui comptent peu de sièges au National.

Le nombre de candidats et leur provenance ne disent rien des personnes qui seront effectivement élues à Berne. Un coup d’œil à la composition de la dernière législature permet néanmoins d’affirmer que les dix plus grandes villes de Suisse ne sont pas à plaindre. Selon une enquête de la SSR, elles disposent de 11 sièges de trop sous la Coupole par rapport à leur réel poids démographique, Conseil national et Conseil des États compris. Toutefois, les régions rurales sont elles aussi surreprésentées à Berne, avec deux mandats «surnuméraires». Ce sont donc les petites villes et des périphéries qui sont un peu les laissées-pour-compte des électeurs, avec proportionnellement moins d’élus. On verra le 20 octobre si ce sera toujours le cas pour les quatre prochaines années.


Créé: 11.10.2019, 18h19

Articles en relation

Une campagne vaudoise à 2 millions de francs

Élections fédérales Les partis de gauche investissent davantage que ceux de droite pour ces élections. Mais les campagnes personnelles des candidats font presque doubler le budget à droite. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.