Passer au contenu principal

Le PS se fait piéger par l’initiative antiburqa

Alors que le Parti socialiste se déchire sur l’interdiction du voile intégral, la direction se tait. Autopsie d’un malaise politique.

Préférant voir des femmes voilées plutôt que cloîtrées chez elles, Liliane Maury Pasquier(photo-gauche) dira non à l’initiative. Géraldine Savary(photo-droite) désapprouve l’agenda des initiants mais votera néanmoins oui à leur texte.(photo:KEYSTONE)
Préférant voir des femmes voilées plutôt que cloîtrées chez elles, Liliane Maury Pasquier(photo-gauche) dira non à l’initiative. Géraldine Savary(photo-droite) désapprouve l’agenda des initiants mais votera néanmoins oui à leur texte.(photo:KEYSTONE)
Keystone

En sortant de la salle du Conseil des États, visiblement aussi emprunté que pressé, Christian Levrat refuse de répondre sur l’initiative antiburqa. «Ce n’est pas mon thème», lâche le président du PS. Roger Nordmann, président du groupe socialiste, n’est pas plus loquace. Il ne souhaite pas non plus s’exprimer sur ce sujet. Des silences qui en disent long sur la situation dans laquelle se trouve le parti. Alors que le Conseil des États vient de balayer l’initiative pour l’interdiction de se dissimuler le visage, le PS est profondément divisé. Quant aux mesures ciblées proposées par le Conseil fédéral pour obliger les gens à se découvrir le visage dans certaines occasions, elles ne constituent pas un contre-projet à même de rallier toutes les sensibilités.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.