Passer au contenu principal

«Seul, en politique, on ne fait rien»

Robert Cramer fait le bilan des années passées sous la coupole fédérale.

Robert Cramer est à la vice-présidence du Parti écologiste suisse. Il contribue au lancement de trois initiatives populaires. Il fallait être culotté, relèvent ses anciens camarades, qui apprécient le côté rassembleur, convivial et positif du Genevois.
Robert Cramer est à la vice-présidence du Parti écologiste suisse. Il contribue au lancement de trois initiatives populaires. Il fallait être culotté, relèvent ses anciens camarades, qui apprécient le côté rassembleur, convivial et positif du Genevois.
Indépendant, Robert Cramer est apprécié pour sa capacité à entendre l'avis de l'autre. Il gardera de nombreux amis au Conseil des États. À l'image de Filippo Lombardi (PDC/TI): «Un Vert qui aime le foie gras, les cigares et le bon vin ne peut être fondamentalement un mauvais élément», rit-il.
Indépendant, Robert Cramer est apprécié pour sa capacité à entendre l'avis de l'autre. Il gardera de nombreux amis au Conseil des États. À l'image de Filippo Lombardi (PDC/TI): «Un Vert qui aime le foie gras, les cigares et le bon vin ne peut être fondamentalement un mauvais élément», rit-il.
1 / 2

Entré au Conseil des États en 2007, Robert Cramer a assumé en parallèle ce mandat et celui de conseiller d’État pendant deux ans. Bête de travail, farouchement attaché à son indépendance d’esprit, il cultive l’idée qu’il faut tout lire, et «surtout ce qui provient de sources qui ne sont pas vos amies», pour voter en étant un peu plus intelligent.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.