Femmes encore jugées moins compétentes

Suisse L’Uni de Fribourg a participé à une étude européenne qui vient d’illustrer ce jugement via des tours de magie, un bastion jugé masculin.

L’équipe de recherche a présenté des tours de magie à des participants. Les scènes étaient filmées uniquement au niveau des mains, de façon à ce qu’on ne puisse pas deviner l’identité de la personne qui les effectue.

L’équipe de recherche a présenté des tours de magie à des participants. Les scènes étaient filmées uniquement au niveau des mains, de façon à ce qu’on ne puisse pas deviner l’identité de la personne qui les effectue. Image: Uni de Fribourg

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour une même performance, une femme est encore jugée moins compétente qu'un homme, selon une étude européenne à laquelle a participé l'Université de Fribourg. Cela est particulièrement marqué dans les domaines typiquement masculins.

L'étude a porté sur l'évaluation de tours de magie, un domaine principalement investi par les hommes, a indiqué lundi l'Université de Fribourg. L'équipe de recherche a présenté des tours de magie, en vidéo, à 64 personnes, dont 33 femmes. Les scènes étaient filmées uniquement au niveau des mains, de façon à ce qu'on ne puisse pas deviner l'identité de la personne qui les effectue.

A la première moitié des participants interrogés, les tours étaient présentés comme étant effectués par Nathalie et à l'autre moitié par Nicolas. Les résultats montrent clairement que les tours soi-disant effectués par Nathalie ont été jugés moins bons et moins impressionnants que ceux effectués par Nicolas.

Pas d'évolution en près de 50 ans

L'étude, dirigée à Fribourg par Pascal Gygax, co-directeur de l'équipe de psycholinguistique et psychologie sociale appliquée, résulte d'une collaboration avec Besançon, Paris et Londres. En 1968, une étude menée par Philip Goldberg aux Etats-Unis avait montré un effet similaire en demandant à 40 femmes d'évaluer des articles de journaux, écrits soit par John T. McKay ou Joan T. McKay.

Ces nouveaux résultats montrent «qu'un mécanisme discriminant déjà étudié dans les années 1960 est toujours d'actualité en 2019», peut-on lire dans le communiqué. L'article de l'étude a été publié dans le périodique Social Psychological Bulletin. (ats/nxp)

Créé: 18.11.2019, 10h14

Articles en relation

Une réunion pour le droit des femmes à Genève

Egalité La conférence en faveur de l'égalité sera co-présidée par la secrétaire d'Etat aux affaires étrangères Pascale Baeriswyl. Elle aura lieu mardi et mercredi à Genève. Plus...

Fribourg aura son prix pour l'égalité

Suisse Le prix sera attribué tous les deux ou trois ans. En revanche, la perspective d'un label a été écartée par le Conseil d'Etat fribourgeois. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.