Les filles meilleures en lecture et les garçons plus forts en maths

Etudes Pisa 2012Si les différences de genre ont la vie dure d'après des résultats de l'étude Pisa 2012, les filles creusent un écart supérieur dans le domaine de la lecture.

Image: ARCHIVES / PHOTO D'ILLUSTRATION/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les différences de genre selon les disciplines scolaires persistent: les garçons continuent à être meilleurs que les filles en mathématiques.

En revanche, l'écart est nettement plus faible entre garçons et filles dans cette branche qu'en lecture, où les filles obtiennent de meilleurs résultats.

L'écart en mathématiques est de 18 points, alors qu'il est de 32 points en lecture, indique ce mardi 23 septembre la Conférence intercantonale de l'instruction publique de la Suisse romande et du Tessin (CIIP).

A noter qu'en mathématiques, les différences sont plus importantes pour les élèves les plus forts: il y a plus de garçons ayant un niveau 5 ou 6, considéré comme bon, que les filles. D'après une enquête de l'OCDE publiée en avril, à l'échelle mondiale, les garçons se débrouillent mieux en mathématiques dans 23 pays sur 34.

Les filles seraient aussi plus enclines à recourir aux heures d'appui (19% contre 16%). A l'image de ce que révèle l'étude PISA, les filles cherchent plutôt de l'aide pour les mathématiques et les garçons pour les langues, relève de son côté une étude de la Haute Ecole spécialisée du Nord-Ouest de la Suisse (FHNW) publiée l'année dernière.

«Cela pourrait s«expliquer par le fait que les garçons suivent plus souvent des cours ou des filières ayant un enseignement plus développé en mathématiques», avance la CIIP.

L'intérêt joue un rôle important

Plus un élève est intéressé par la branche, plus il sera bon, souligne la CIIP. Mais hormis l'intérêt pour la branche, la façon dont un élève appréhende la discipline est aussi déterminant, voire plus important.

Ainsi, les cantons les plus performants sont souvent ceux où les élèves manifestent le plus d'intérêt. Mais selon la CIIP, le contexte dans lequel s«effectuent les apprentissages a également une influence sur le développement des attitudes face à la discipline.

L'école peut «sans doute mener des actions en vue de développer l'intérêt des élèves pour les mathématiques et ainsi diminuer l'appréhension envers cette matière», suggère-t-elle. (ats/nxp)

Créé: 23.09.2014, 16h05

Articles en relation

Les élèves vaudois sont meilleurs en lecture que la moyenne des Romands

Scolarité Pour la première fois, la moyenne des élèves vaudois en lecture est plus élevée que les moyennes suisse et romande selon l'enquête PISA 2012. En sciences, la moyenne vaudoise est plus basse. Plus...

Maths, lecture et sciences: la Suisse bat la France

Enquête Pisa Les élèves suisses sont des cracks en math et progressent en lecture. Ils battent les ados français dans tous les domaines. Voici les chiffres tirés de l'étude Pisa. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...