Fin du «Matin» papier: un ultimatum lancé à Tamedia

MédiasLes rédactions romandes laissent à leur éditeur jusqu'à mardi midi pour reprendre le dialogue. Elles n'excluent pas de recourir à la grève.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le ton monte parmi les collaborateurs de Tamedia en Suisse romande. Les rédactions romandes de Tamedia lancent un ultimatum à leur éditeur: elles lui laissent jusqu'à mardi midi pour reprendre le dialogue. Elles pourraient ensuite envisager des mesures de lutte, par exemple une grève.

Mercredi soir, l'éditeur zurichois a annoncé qu'il rejetait les propositions de ses collaborateurs pour éviter la disparition de la version papier du Matin, prévue à partir du 21 juillet. Et qu'il allait procéder à 36 licenciements, dont 22 dans la rédaction, et à quatre réductions de temps de travail.

Laisser «une dernière chance au dialogue»

Les licenciements ont commencé à être annoncés individuellement jeudi dès 09h00. Réunis à la mi-journée en assemblée générale, une centaine de collaborateurs a décidé à une écrasante majorité de laisser «une dernière chance au dialogue», a expliqué jeudi Patricia Alcaraz, secrétaire régionale du syndicat syndicom.

Une nouvelle assemblée générale se tiendra mardi à midi. En attendant, le personnel réclame la réintégration des personnes licenciées et l'arrêt des licenciements. Et un retour de Tamedia autour d'une table: «nous ne voulons pas que le projet alternatif sur lequel nous travaillons passe à la trappe. Il existe de sérieux repreneurs possibles, avec un ancrage local et des reins sérieux», a fait valoir Dominique Diserens, secrétaire centrale d'impressum.

Les collaborateurs entendent demander le soutien des gouvernements vaudois et genevois et ils tenteront de faire pression sur la direction de Tamedia à Zurich. L'Office de conciliation, devant lequel une procédure est en cours, sera informé de la situation.

Le Matin pas à vendre

Mercredi, Tamedia expliquait que les solutions proposées par son personnel avaient déjà été examinées et abandonnées ces dernières années. Et surtout, qu'il ne voulait pas vendre Le Matin, mais le développer comme «marque numérique solide».

Le début des annonces de licenciements a suscité «tristesse» et «colère». En début d'après-midi, une centaine de personnes se sont rassemblées devant la tour de l'avenue de la gare, dont les conseillers nationaux socialistes Samuel Bendahan et Rebecca Ruiz. Après Le Matin, d'autres salves de licenciements sont redoutées. (ats/nxp)

Créé: 28.06.2018, 15h54

Articles en relation

«Matin» Papier: Tamedia rejette en bloc les options

Médias Le groupe a réaffirmé qu'il ne souhaite pas vendre «Le Matin» et s'en tient à son plan du 7 juin qui prononçait 36 licenciements. Plus...

Disparition du «Matin» imprimé et droit de savoir

L'invité Daniel Cornu rappelle les missions des quotidiens. Plus...

«Le Matin» papier disparaît après 125 ans

Médias Le Matin papier disparaît, il continuera sous forme 100% numérique. Quelque 40 suppressions de postes prévues. Les syndicats dénoncent. Plus...

Les employés du «Matin» sont sous le choc

Médias Après l'annonce de la fin de la version papier du «Matin», intervenue jeudi, la fronde s'organise. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.