Théorie du complot dans le procès d'un financier

SuisseL'avocat de Dieter Behring, jugé depuis lundi, affirme que son client a fait l'objet d'une «entente» qui en fait l'unique accusé.

Dieter Behring en 2004.

Dieter Behring en 2004. Image: Archives/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le procès du financier Dieter Behring s'est ouvert lundi devant le Tribunal pénal fédéral (TPF). Le Bâlois de 61 ans répond d'escroqueries par métier et de blanchiment qualifié. Sa chute a laissé un trou de 800 millions de francs.

Son défenseur est aussitôt passé à l'attaque, avançant l'hypothèse suivante: en 2012, le TPF et le Ministère public de la Confédération (MPC) se seraient entendus pour abandonner les poursuites contre neuf des dix prévenus.

Seule la procédure contre Dieter Behring a été maintenue, car autrement, le TPF n'aurait pas pu gérer l'affaire. Or on n'en trouve pas trace dans les dossiers.

En été 2012, le MPC a annoncé la fin de la procédure, a expliqué le défenseur, l'avocat zurichois Bruno Steiner. On pouvait dès lors s'attendre à un acte d'accusation en septembre. Cela n'a pas été le cas et il doit y avoir une raison, selon lui.

Ce dernier doute des explications du MPC, selon lequel l'introduction du contrôle de gestion au sein du MPC a conduit à une focalisation sur Behring.

Thèse «aventureuse»

Le président du TPF, Daniel Kipfer Fasciati, a exhorté le défenseur à ne pas lancer d'allégations ni d'expressions comme «idiot», «intrigant», ou «stupidité procédurale». Il a qualifié d'«aventureuse» la thèse avancée par l'avocat.

Bruno Steiner a à nouveau demandé d'interroger le procureur de la Confédération Michael Lauber, interrogation déjà autorisée.

Afin de retracer les événements de l'été 2012 et l'abandon de la procédure contre les coaccusés de Dieter Behring, le défenseur a également demandé les rapports du contrôle de gestion administratif du MPC ainsi que de pouvoir interroger ces contrôleurs. Il a aussi souhaité voir les actes d'accusation de 2012, pour autant qu'ils aient bien été établis.

De manière plus générale, l'avocat a critiqué l'acte d'accusation de 84 pages, comprenant 700 notes de bas de page renvoyant à 5000 documents, dont certains font plus de 100 pages. Une autre note renvoie à une page vide. Dans ces conditions, il est impossible pour son client de savoir de quoi il est accusé, selon Me Steiner.

Douze ans de procédure

Le procès devrait durer jusqu'à fin juin. Il intervient après une procédure qui aura duré une douzaine d'années. Selon l'acte d'accusation du MPC, Dieter Behring a lésé près de 2000 investisseurs entre septembre 1998 et octobre 2004.

La chute du financier bâlois, d'une ampleur sans précédent, a laissé un trou de quelque 800 millions de francs. Dieter Behring avait assuré à ses clients que la moitié de l'argent confié allait dans des placements de père de famille et que le reste était investi dans des valeurs plus spéculatives, ce qui garantissait des rendements plus élevés.

Selon les indications données par Dieter Behring à sa clientèle, 30% des investissements à caractère spéculatif reposaient sur un outil financier qu'il avait lui-même développé. Il assurait que son système était éprouvé depuis des années et permettait d'atteindre des rendements à deux chiffres.

Bijoux, montres et hauts salaires

En réalité, le prétendu système «maison» n'était qu'un leurre. L'argent confié par de nouveaux clients aurait servi à financer les intérêts dus aux précédents investisseurs. De plus, l'accusé aurait utilisé une partie de l'argent qui lui était confié pour ses besoins personnels.

Dieter Behring aurait notamment gaspillé 5,3 millions de francs pour acheter montres et bijoux. En 2001, il se serait octroyé un salaire de 328'000 francs. En 2002, puis en 2003, il se serait versé 600'000 francs sur son compte.

Plusieurs avocats d'office ont renoncé à leur mandat ou en ont été déchargés par le Ministère public de la Confédération. Le jugement sera rendu fin septembre. (ats/nxp)

Créé: 30.05.2016, 06h52

Articles en relation

Behring jugé pour une escroquerie à 800 millions

Bellinzone (TI) Le financier Dieter Behring sera jugé à partir du 30 mai devant le Tribunal pénal fédéral. Plus...

Le financier Dieter Behring jugé fin mai à Bellinzone

Tribunal pénal fédéral L'homme comparaît pour une gigantesque escroquerie qui a lésé 2000 investisseurs, à hauteur de plusieurs millions de francs, entre 1998 et 2004. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.