La Finma épingle Gazprombank

SuisseLa filiale helvétique de la banque russe n'aurait pas respecté la loi sur le blanchiment d'argent.

Une vue de la banque russe, à Zurich.

Une vue de la banque russe, à Zurich. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma) reproche à la filiale suisse de la banque russe Gazprombank d'avoir «gravement enfreint» les règles de lutte contre le blanchiment d'argent. Elle lui a interdit d'accepter de nouveaux clients privés.

Les investigations à l'encontre de l'établissement avaient été entamées après les révélations des «Panama Papers», qui ont éclaboussé en 2016 de nombreuses personnalités et sociétés à travers le monde.

Grave infraction

La procédure a montré que, «de 2006 à 2016, Gazprombank Suisse avait gravement enfreint les obligations de diligence exigées par la loi sur le blanchiment d'argent», a indiqué jeudi la Finma dans un communiqué.

«La banque a insuffisamment clarifié l'arrière-plan économique de relations d'affaires et de transactions présentant des risques accrus de blanchiment d'argent», a expliqué l'organisme de la Confédération.

Etant donné «les lacunes constatées dans le dispositif de prévention du blanchiment», la FINMA «a interdit à Gazprombank Suisse d'élargir ses activités d'affaires avec des personnes privées» et la banque «doit surveiller de près les relations existantes».

Pas suffisamment de soin

La Finma lui reproche notamment de ne pas avoir examiné «avec le soin nécessaire certaines relations d'affaires et transactions» et de n'avoir «pas non plus garanti que ces cas soient dûment documentés». «Elle a bien requis des justificatifs, mais souvent sans en vérifier la plausibilité», a-t-elle précisé.

Un «grand nombre de ces manquements sont liés à des relations initiées par l'établissement qui précédait Gazprombank, à savoir la Russian Commercial Bank, avant 2009», a ajouté la Finma.

A la suite des révélations des Panama Papers, publiées en avril 2016, le gendarme de la place financière a procédé à des vérifications auprès de plus d'une trentaine de banques suisses. Des clarifications approfondies ont été menées pour près de 20 d'entre elles. (afp/nxp)

Créé: 01.02.2018, 16h35

La Finma sanctionne PKB

L'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma) sanctionne la banque tessinoise PKB dans le cadre du scandale de corruption autour du géant pétrolier brésilien Petrobras. Elle épingle ses lacunes dans la lutte contre le blanchiment d'argent.

La Finma a ordonné une confiscation des gains indûment acquis pour un montant de 1,3 million de francs, a-t-elle indiqué jeudi dans un communiqué. Elle estime que la banque avait «gravement enfreint les dispositions relatives au blanchiment d'argent».

Articles en relation

Gazprombank menacé du retrait de licence bancaire

Suisse La spécialiste en droit bancaire Monika Roth estime que la banque s'est montrée laxiste avec un ami de jeunesse de Vladimir Poutine. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.