Des firmes suisses au salon de l'armement de Moscou

PolémiqueLe Conseil fédéral ne s'est pas aligné sur les mesures de sanctions contre la Russie dans la crise ukrainienne, mais il les soutient. Ce qui n'a pas empêché des entreprises suisses d'être présentes à l'Oboronexpo de Moscou.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Oboronexpo, un des principaux salons de l'armement en Russie, s'est tenu la semaine passée à proximité de Moscou. Mais cette année, l'exposition avait une teneur particulière en raison de la crise en Ukraine et des sanctions occidentales. Ce qui n'a pas empêché des entreprises suisses d'y être présentes, comme le raconte le Tages-Anzeiger.

La liste des exposants ne montre aucun nom d'entreprises helvétiques mais selon Catherine Shapoval, responsable à Oboronexpo de l'accueil des groupes étrangers, si de nombreux exposants ont renoncé à afficher leur propre stand, cela ne veut pas dire qu'ils étaient absents. «Bon nombre ont choisi d'opérer via leurs partenaires russes», explique-t-elle.

Et de prouver que des produits suisses étaient bel et bien présents à Oboronexpo, comme les couteaux d'Istor AG de Frauenfeld ou encore les machines de Starrag Group et de Schleuniger, tous deux membres de Swissmem, dont le porte-parole Ivo Zimmermann affirme pourtant au journal zurichois qu'aucune membre de l'association n'était présent.

Des avis divergents pour les entreprises

Si Starrag Group dément toute activité au salon, Istor AG y reconnaît des activités. «Oboronexpo est très important pour nous, nous y étions représentés cette année par notre partenaire russe», a expliqué la directrice Maya Girsberger. Cette dernière désapprouve les sanctions mais aussi longtemps que Berne ne dit rien, son entreprise continuera comme avant. Istor écoule près de 10% de ses produits en Russie.

Chez Schleuniger, dont le marché russe représente à peine un pourcent du chiffre d'affaires, on regrette cette mise en avant. La présentation a été décidée par le partenaire russe. Qui pourrait bien à l'avenir se voir interdire de montrer les produits du groupe dans de telles circonstances. En outre, la direction a également décidé de suspendre ses exportations vers la Russie «jusqu'à nouvel avis.»

Avec une délégation de l'ambassade

L'exposition avait également des représentants officiels de la Suisse, puisque le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) y a confirmé la présence de l'adjoint du département économique de l'ambassade de Suisse à Moscou. Il avait été invité par l'Union russe des ingénieurs.

Une visite pas tellement exceptionnelle malgré la situation actuelle, selon le DFAE. «Elle s'inscrit dans le cadre de la mission habituelle de représentation du département», précise le service de communication. Ce dernier n'a toutefois pas voulu dire si la délégation avait rencontré des officiels russes.

Berne n'a pas adopté le train de sanctions décidé par de nombreux pays occidentaux mais a décidé de les supporter pour éviter d'offrir une plateforme de contournement. Et les exportations vers la Russie sont suspendues depuis le mois de mars.

Créé: 21.08.2014, 13h56

Articles en relation

Des Russes lorgnent sur la Suisse pour importer du fromage

Embargo Des officiels russes le confirment: la Suisse ne sera pas touchée par l'embargo décidé par Moscou sur certains produits de l'Union Européenne. Une aubaine pour les groupes économiques, surtout ceux actifs dans les produits laitiers. Plus...

L'embargo russe, une chance pour le fromage suisse?

Commerce L'embargo imposé par Moscou sur les produits alimentaires provenant de pays occidentaux ne concerne apparemment pas la Suisse, indique le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO). Plus...

Embargo russe sur les produits européens et américains

Crise ukrainienne Il n'y aura plus de viande, poisson, fromage, lait, légumes et fruits en provenance des USA ou de l'UE, a annoncé Moscou. L'espace aérien russe sera aussi peut-être interdit. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.