La fixation d'un prix de référence prend du temps

MédicamentsUne procédure pour un projet autour des médicaments génériques et dont le brevet est échu devrait être lancée cette année. Mais il y a déjà de la résistance.

Le potentiel d'économies est grand: 400 millions de francs par an.

Le potentiel d'économies est grand: 400 millions de francs par an. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La baisse des prix des médicaments prend du temps. Un projet concernant les génériques et les produits dont le brevet est échu, promis depuis des années, ne sera lancé que ces prochains mois. Et la résistance s'est déjà organisée.

Le Conseil fédéral avait annoncé en 2014 qu'il voulait introduire un prix de référence. Il y a un an, il a évoqué une consultation dans le courant 2017. Le projet devrait permettre à l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) de fixer un prix maximal que l'assurance maladie remboursera pour une substance active donnée.

La procédure devrait finalement être lancée cette année. La rédaction du projet a pris plus longtemps que prévu, a indiqué lundi à l'ats l'OFSP. La Confédération avait déjà dû s'y prendre à deux fois pour améliorer le contrôle des prix des médicaments remboursés.

L'industrie pharmaceutique a en effet contesté avec succès la méthode des autorités fédérales, et le réexamen périodique des tarifs a été suspendu suite à un arrêt du Tribunal fédéral. Le Conseil fédéral a ensuite revu sa copie. Les contrôles nécessitent désormais davantage de ressources, selon l'OFSP.

Différences de prix

Le potentiel d'économies est grand: 400 millions de francs par an, selon une étude de 2013 du surveillant des prix. L'année dernière, il a constaté des différences des prix énormes sur 20 substances actives dans 15 pays européens. Aux Pays-Bas, le générique le moins cher coûte seulement 15% du prix en Suisse.

En moyenne, les tarifs européens ne représentent que 41% de ce que paie le patient suisse. Du côté des préparations originales dont le brevet a échu, les prix sont environ 33% en dessous du niveau helvétique.

L'opposition s'organise

Une alliance s'est toutefois formée contre un prix de référence, déjà avant que le Conseil fédéral ne présente son projet. Elle regroupe des représentants des industries pharmaceutique et chimique, des médecins et l'Organisation suisse des patients.

Lundi, l'association libérale de consommateurs kf a rejoint le bateau. Cette alliance met en garde contre une hausse de la consommation de médicaments, une péjoration de la sécurité de l'approvisionnement et une désorientation des patients.

La Confédération peut toutefois déjà compter sur le succès des autres mesures prises avec le contrôle régulier des prix. De 2012 à 2014, 600 millions d'économies ont été réalisés. Entre 2017 et 2019, 180 autres millions devraient suivre. (ats/nxp)

Créé: 12.02.2018, 17h23

Articles en relation

L'OFSP baisse le prix de 350 médicaments

Suisse Suite au réexamen annuel, les prix de plusieurs centaines de médicaments baisseront de 17% en moyenne dès janvier 2018. Plus...

Médicaments périmés: patients mis en danger

Suisse Selon Swissmedic, la vente de médicaments périmés contre le cancer par la firme valaisanne Alkopharma a mis la santé des patients en danger. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

«Les agriculteurs sous pression et les vaches orphelines», paru le 26 mai 2018
(Image: Valott) Plus...