Fort recul du nombre d'entrées illégales

SuisseLe nombre d'entrées illégales en Suisse a plongé de près de moitié depuis janvier par rapport à la même période en 2017.

La majorité des migrants illégaux (3200 personnes) se font pincer au Tessin.

La majorité des migrants illégaux (3200 personnes) se font pincer au Tessin. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Parallèlement au recul du nombre de réfugiés arrivant en Europe, le nombre d'entrées illégales en Suisse a fortement diminué depuis le début de l'année. Près de 10'400 séjours illégaux ont été enregistrés, soit 40% de moins que durant les sept premiers mois de 2017.

Par rapport à l'année record 2016, le nombre d'entrées depuis janvier a même plus que diminué de moitié, indiquent les chiffres publiés jeudi par les Corps des gardes-frontière (Cgfr). Nigérians, Gambiens et Érythréens sont les auteurs d'entrées illégales les plus nombreux.

Dans un peu moins de 5200 cas, les personnes en séjour irrégulier ont été expulsées et remises aux autorités étrangères. La majorité des migrants illégaux (3200 personnes) se font pincer au Tessin. Les régions Cgfr de Bâle et Lausanne suivent avec 2000 cas chacune.

Jusqu'à la fin du mois de juillet, les gardes-frontières ont également enregistré 235 cas présumés de passeurs, soit 15 de plus qu'à la même période en 2017. Les suspects venaient du Kosovo, de Suisse, de France et d'Italie. (ats/nxp)

Créé: 09.08.2018, 16h42

Articles en relation

Les entrées irrégulières de migrants ont chuté

Suisse Un peu plus de 9000 entrées illégales ont été repérées lors des six premiers mois de l'année. Le Tessin est en première ligne face au phénomène. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.