Passer au contenu principal

WEFLe Forum de Davos se veut à la croisée des chemins

La 45e édition organisera des sessions consacrées notamment à la gestion des crises et la sécurité.

Pour son fondateur Klaus Schwab, gestion des crises et la sécurité auront une place importante au Forum de Davos.
Pour son fondateur Klaus Schwab, gestion des crises et la sécurité auront une place importante au Forum de Davos.
Keystone

Regagner confiance et stabilité dans un contexte mondial devenu multiple et complexe. Tel est le défi que lance le 45e Forum économique mondial (WEF) aux plus de 2500 chefs d'Etat, ministres, économistes et patrons qui se croiseront dès mercredi à Davos (GR).

Regroupant sous son thème «le nouveau contexte mondial» l'ensemble des grands enjeux économiques et politiques présents, le WEF se veut résolument ancré dans l'actualité cette année. «Une année cruciale, à la croisée des chemins», a lancé son fondateur Klaus Schwab lors de la conférence de présentation à Cologny (GE) mercredi dernier, rappelant les récents attentats de Paris.

Un WEF également tourné vers l'avenir, avec des sessions consacrées notamment à la gestion des crises et la sécurité. Véritable plateforme de discussion, l'événement accueillera pas moins de 40 chefs d'Etat et de gouvernement. Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon sera également présent. Presque toutes les zones en conflit seront représentées.

Le futur de l'Ukraine

L'avenir de l'Ukraine, aux prises avec son voisin russe depuis plus d'un an, sera ainsi évoqué par le président Petro Porochenko, lors d'une conférence mercredi après-midi. Avant même le discours d'ouverture du WEF, prononcé par la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga en soirée.

Une session sera également consacrée à la situation sécuritaire en Irak et en Syrie. Prendront la parole Massoud Marzani, président du gouvernement régional du Kurdistan irakien, et Nasser Judeh, chef de la diplomatie jordanienne, pays frontalier accueillant des centaines de milliers de réfugiés de ces deux zones en conflit.

Berceau des manifestations du printemps arabe, la Tunisie envoie son nouveau président Béji Caïd Esbessi, élu en décembre. Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi fera aussi le déplacement à Davos.

Pléïade de chefs d'Etat

Fouleront le sol de la station grisonne également et jusqu'à samedi le président français François Hollande, la chancelière allemande Angela Merkel ou encore le président du Conseil italien Matteo Renzi. Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a également annoncé sa venue.

La Chine, partenaire commercial primordial, envoie de son côté sa plus importante délégation depuis 2009, menée par son premier ministre Li Keqiang.

Du côté de la Suisse, le conseil fédéral se déplacera quasiment in corpore. Seul le ministre de la défense Ueli Maurer n'a pas encore confirmé sa participation ou non.

Politique monétaire

L'Afrique sub-saharienne sera également à l'honneur avec une session consacrée à son développement, en présence du président sud-africain Jacob Zuma et de son homologue rwandais Paul Kagame.

Il sera aussi question de politique monétaire, avec la présence de représentants des banques centrales française, italienne, brésilienne et japonaise, notamment. Le président de la Banque nationale suisse (BNS) Thomas Jordan fera aussi le déplacement, alors que l'institut d'émisssion a décidé jeudi d'abolir le taux plancher de 1,20 franc pour un euro.

Les thèmes habituels comme la croissance ou la stabilité financière bénéficieront également d'une large tribune cette année, avec la présence notamment du directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) Roberto de Azevedo et de la patronne du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde. Plus de 1500 chefs d'entreprises du monde entier ont également répondu favorablement à l'invitation du WEF.

Place aux paillettes

A côté du «business» traditionnel, le WEF fait aussi son «show business», avec les chanteurs américains will.i.am et Pharell Williams, qui parleront respectivement jeunes entrepreneurs et climat. Le ténor italien Andrea Boccelli, la chanteuse béninoise Angélique Kidjo et l'écrivain brésilien Paulo Coehlo complètent le gratin davosien.

ats/smk

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.