Passer au contenu principal

Fraude fiscale: ex-banquier suisse d'HSBC condamné

Peter Braunwalder, l'ancien directeur général de HSBC Private Bank, a accepté une amende de plus de 545'000 francs pour des faits d'évasion fiscale.

En 2017, HSBC Private Bank avait accepté de payer 300 millions d'euros d'amende pour échapper à un procès pour démarchage bancaire illicite et blanchiment de fraude fiscale.
En 2017, HSBC Private Bank avait accepté de payer 300 millions d'euros d'amende pour échapper à un procès pour démarchage bancaire illicite et blanchiment de fraude fiscale.
Keystone

L'ancien patron de la filiale suisse d'HSBC a été condamné en janvier à Paris pour sa responsabilité dans l'évasion fiscale de milliers de contribuables français en 2006 et 2007 révélée par la «liste Falciani», selon l'ordonnance dévoilée mercredi par Bloomberg et consultée par l'AFP.

Via une procédure de «plaider-coupable», Peter Braunwalder, 68 ans, ancien directeur général de la HSBC Private Bank, a accepté une peine de 500'000 euros (plus de 545'000 francs) d'amende et un an de prison avec sursis pour des faits de blanchiment de fraude fiscale et de démarchage illicite de résidents français.

Cette peine, proposée par le parquet national financier dans le cadre d'une «comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité» (CRPC), alternative au procès, a ensuite été homologuée par le tribunal de Paris le 29 janvier. Elle ne sera pas inscrite au bulletin numéro 2 de son casier judiciaire.

300 millions d'euros d'amende

Cette condamnation a été prononcée un peu plus d'un an après que cette filiale du géant britannique, spécialisée dans la banque privée, a soldé son propre contentieux avec la justice française.

En novembre 2017, HSBC Private Bank avait en effet accepté de payer 300 millions d'euros d'amende pour échapper à un procès pour démarchage bancaire illicite et blanchiment de fraude fiscale.

Elle avait pour cela signé la première convention judiciaire d'intérêt public (CJIP), s'acquittant d'une amende inédite en France mais loin des montants atteints aux Etats-Unis dans des procédures similaires.

Près de 1,7 milliard d'euros soustraits à l'imposition

L'administration française avait estimé à «au moins 1,67 milliard d'euros» les sommes frauduleusement soustraites à l'imposition avec le concours de la banque.

Cette convention signée par la filiale, qui n'est pas une procédure de plaider-coupable, était intervenue neuf ans après la remise aux autorités françaises, fin 2008, de fichiers clients volés par l'informaticien et lanceur d'alerte Hervé Falciani. La «liste Falciani» avait ainsi permis d'identifier dès 2009 au moins 127'000 comptes appartenant à 79'000 personnes de 180 nationalités.

Dans le volet belge de l'affaire, HSBC Private Bank, a accepté une sanction financière de près de 300 millions d'euros pour clore l'enquête pénale ouverte en Belgique en 2014 pour «fraude fiscale grave» et «blanchiment», a annoncé mardi le parquet de Bruxelles.

Pour des infractions similaires, UBS avait entamée elle aussi des négociations en France en vue d'une CJIP, qui n'ont pas aboutie. La banque suisse a été condamné en février à Paris à une amende record de 3,7 milliards d'euros, mais a fait appel du jugement.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.