Freysinger avoue avoir vécu des moments difficiles

Gouvernement valaisanOscar Freysinger a reconnu qu'au début de son mandat de conseiller d'Etat, tout n'a pas été facile pour lui. Il se dit aujourd'hui serein et bien dans sa nouvelle fonction politique en Valais.

Oscar Freysinger se dit serein et bien dans son «job» de conseiller d'Etat valaisan. Son mandat au Conseil national prendra fin en 2015.

Oscar Freysinger se dit serein et bien dans son «job» de conseiller d'Etat valaisan. Son mandat au Conseil national prendra fin en 2015. Image: ARCHIVES/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Oskar Freysinger a avoué jeudi avoir vécu des moments difficiles au début de son mandat à la tête du département valaisan de la formation et de la sécurité il y a une année.

Aujourd'hui, il se dit serein et bien dans son «job». Son mandat au Conseil national prendra fin en 2015.

«J'avais mal au ventre le matin, j'étais angoissé. Je me suis dit que je n'allais pas tenir quatre ans»: c'est en ces termes qu'Oskar Freysinger a décrit à la presse ces premiers mois «de transition et d'apprentissage» à la tête du département valaisan de la formation et de la sécurité (DFS). «Je manquais de connaissances dans pas mal de domaines. Heureusement, je connaissais l'école», a-t-il relevé.

L'ex-enseignant élu conseiller d'Etat il y a une année dit avoir mieux vécu les nombreuses critiques dont il a ensuite été la cible, notamment lorsqu'il a muté son chef du service de l'enseignement: «J'ai l'habitude et je sais gérer les concentrations de missiles sur ma personne», a-t-il souligné.

Gouvernement solidaire

Le conseiller d'Etat UDC a aussi relevé «la bonne solidarité» qui règne au sein du gouvernement valaisan. Selon lui, le Conseil d'Etat a su «resserrer les liens» lorsqu'il s'est agi d'évoquer les affaires fiscales qui ont fait la une des journaux, dont l'affaire Giroud.

Oskar Freysinger se dit aujourd'hui «serein» et «bien dans son job». Le double mandat de conseiller d'Etat et de conseiller national est selon lui gérable mais pas dans la durée. «Je ne vais pas me représenter au Conseil national en 2015, c'est sûr», a-t-il indiqué. (ats/nxp)

Créé: 15.05.2014, 13h09

Articles en relation

Oskar Freysinger: «J'ai un œil qui rit et un œil qui pleure»

Aérodrome de Sion Le chef du département de la sécurité valaisan, Oskar Freysinger, a exprimé mardi sa déception après l'annonce du départ de l'armée de l'aérodrome de Sion. Plus...

Baptême du feu pour Oskar Freysinger

Valais Devant le Parlement, le nouveau conseiller d'Etat a dû faire face à une série de critiques contre le projet de loi sur l'enseignement primaire. Plus...

Oskar Freysinger ne veut plus scolariser les enfants sans-papiers

Clandestins Le nouveau patron de l’Instruction publique en Valais demande aux enseignants de dénoncer les cas d’enfants sans-papiers. Une décision pourtant contraire à la Constitution. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.