Fronde contre les prix des revues étrangères

SuisseDominique de Buman proposait de permettre à la Comco d'interdire les prix abusifs. Le National a refusé.

Dominique de Buman (PDC/FR).

Dominique de Buman (PDC/FR). Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les revues françaises vendues en Suisse coûtent les yeux de la tête. L'écart de prix avec les tarifs pratiqués dans l'Hexagone peut aller jusqu'à 150%, voire 250%. Les élus fédéraux s'accordent à dire que des mesures doivent être prises. Reste à savoir lesquelles. Le marché ne fonctionne pas, s'est élevé Dominique de Buman (PDC/FR). Souhaitant passer par la loi sur les cartels, le Fribourgeois proposait de permettre à la Commission de la concurrence (Comco) d'interdire les prix abusifs.

Le National a toutefois refusé lundi par 108 voix contre 82 de donner suite à cette initiative parlementaire. La majorité a estimé que ce n'était pas la bonne manière d'agir. L'inscription d'une norme visant à faire baisser les prix des revues serait formellement incorrecte et n'aurait que peu d'effets. Cette norme ne pourrait en outre que difficilement être appliquée par la Comco, puisque les prix des revues importées sont fixés par les éditeurs étrangers.

Quelle solution?

Les députés préfèrent s'en remettre au Conseil fédéral, via une motion, pour qu'il trouve, conjointement avec la Comco et le Surveillant des prix, un moyen de lutter contre les différences exagérées des prix des revues en Suisse et à l'étranger. La solution devra être la plus efficace et la plus simple possible, sans complications administratives.

La minorité a craint que cette procédure ne se révèle au final moins rapide et moins efficace que de permettre au Parlement de légiférer lui-même. Et il y a un fort risque que le Conseil fédéral rejette la motion et refuse d'agir. (ats/nxp)

Créé: 11.09.2017, 18h37

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.