La fronde s’organise contre les cigarettes électroniques

TabacAlors que les cigarettiers misent sur le vapotage, la fronde contre ces produits s’organise.

Ambiance enfumée, jeudi à Berne, lors du dépôt de l’initiative demandant l’interdiction de la publicité pour le tabac.

Ambiance enfumée, jeudi à Berne, lors du dépôt de l’initiative demandant l’interdiction de la publicité pour le tabac. Image: KEYSTONE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ça commence à sentir le brûlé pour la vapoteuse. Mercredi, Donald Trump a annoncé l’interdiction de la vente de cigarettes électroniques aromatiques – sauf celles à la saveur de tabac – aux États-Unis dans les prochains mois. Jeudi en Suisse, l’association Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac, composée des principales organisations de santé et de prévention du pays, a déposé son initiative du même nom à la Chancellerie fédérale.


Sondage: Le vapotage, une chance ou un danger pour les fumeurs?


Le point commun entre les deux nouvelles? La mesure américaine vise en particulier la protection des jeunes, tandis que les cigarettes électroniques sont désormais dans la ligne de mire des milieux de la protection de la jeunesse suisses. L’image de l’e-cigarette, longtemps perçue et vendue comme une alternative bien meilleure à la cigarette traditionnelle, se noircit.

Les Américains parlent carrément d’épidémie: rien qu’en 2018, le vapotage chez les jeunes a augmenté de 78% dans les lycées. Chez nous, selon une enquête réalisée l’an dernier par Addiction Suisse, la consommation de sèches traditionnelles chez les ados de 15 ans reste stable mais celle de leur pendant électronique ne cesse d’augmenter: 21% des garçons et 13% des filles indiquent avoir vapoté au moins une fois au cours du mois ayant précédé l’enquête. Ce taux baisse à 10% chez les garçons et 8% chez les filles pour la cigarette traditionnelle.

Interdire le marketing

Grégoire Vittoz, directeur d’Addiction Suisse et membre du comité d’initiative contre la publicité pour le tabac, juge la mesure américaine intéressante, mais pas forcément adaptée. «Les arômes ne représentent qu’une petite partie du problème. Ils participent à l’attractivité du produit mais ce ne sont pas eux qui rendent accro.» Un avis partagé par Jean-Paul Humair, directeur du Cipret-Genève. «Il faudrait plutôt introduire un âge limite pour la vente et interdire le marketing qui cible les jeunes, estime le médecin. La question des arômes me paraît secondaire. Vendre uniquement des cigarettes électroniques avec un parfum tabac n’est peut-être pas non plus le meilleur choix si l’on craint que des jeunes passent de la cigarette électronique à la cigarette traditionnelle.»

Jean-Paul Humair et Grégoire Vittoz croient ainsi davantage à l’interdiction totale de la publicité, comme le prône l’initiative déposée à Berne. «Ce type de produit doit être relégué dans les officines spécialisées, plutôt que d’être l’objet d’un mode de vie rendu cool par des stratégies marketing visant spécifiquement les jeunes, estime Grégoire Vittoz. C’est à mon sens bien plus efficace qu’une interdiction.»

L’e-cigarette Juul – prononcez «Jewel», bijou en anglais –, leader détenant près de 70% du marché US, présente selon les milieux de la prévention le parfait exemple. L’entreprise valorisée à 38 milliards de dollars est en grande partie à l’origine des mesures annoncées par le président Trump: son e-cigarette au design épuré, semblable à une clé USB, rentre parfaitement dans la composition d’une photo branchée à poster sur les réseaux sociaux. De quoi faire oublier aux lycéens sa forte concentration en nicotine, très dommageable pour leurs cerveaux en plein développement.

«Séduire le jeune public est une question de survie pour les cigarettiers»

«La cigarette électronique Juul n’utilise pas du liquide comme les autres cigarettes électroniques, mais des sels de nicotine, précise Jean-Paul Humair. Ces sels sont aussi moins irritants, ce qui rend l’effet désagréable moins marqué. Juul n’a pas seulement multiplié les arômes, elle a aussi développé un intense marketing ciblé sur les jeunes, et on l’a laissé faire.»

La marque a débarqué en Suisse en décembre 2018, et se fait depuis plutôt discrète. «Nos produits s’adressent uniquement aux fumeurs adultes. Non-fumeurs ou mineurs ne devraient jamais les utiliser», déclare son porte-parole, Sadi Brügger. «Nous sommes en pleine élaboration de la loi sur les produits du tabac, rappelle Grégoire Vittoz. Je mets ma main à couper qu’une fois le texte validé, l’entreprise attaquera avec un marketing bien plus axé sur les jeunes. Séduire ce public est une question de survie pour les cigarettiers.»

Des milliards investis

L’industrie du tabac investit en tout cas des sommes folles pour s’imposer sur le marché des e-cigarettes. Hasard de calendrier, British American Tobacco annonçait jeudi supprimer 2300 emplois dans le monde, et ce pour mieux se recentrer sur les cigarettes électroniques. Selon son porte-parole, l’entreprise a investi des milliards de francs dans la recherche et le développement de nouveaux produits. Philipp Morris a également déboursé 6 milliards de dollars et son produit phare de tabac chauffé IQOS compte 10 millions d’utilisateurs dans le monde. «Notre objectif est de remplacer, à terme, les cigarettes par ces produits sans combustion, tout en apportant la preuve scientifique que ce sont de meilleures alternatives à la cigarette», confirme son porte-parole, Julian Pidoux.

Collaboration: Caroline Zuercher

Créé: 12.09.2019, 21h09

Le débat sur la nocivité reste ouvert

La décision du gouvernement américain de bannir les cigarettes électroniques aromatisées fait aussi suite au décès de six personnes et à l’hospitalisation de 450 autres, tous imputés au vapotage. Certains malades, dont plusieurs jeunes, sont en soins intensifs et branchés sur des respirateurs artificiels.
Les causes exactes de cette série noire n’ont pas encore été définies avec précision. «J’ai l’impression qu’on fait un amalgame entre deux choses: l’augmentation de l’utilisation de la cigarette électronique chez les jeunes et cette épidémie récente dans laquelle les arômes ne sont pas clairement incriminés, commente Jean-Paul Humair, directeur du Cipret-Genève. Selon les premiers éléments de l’enquête, elle semble plutôt liée à l’inhalation d’huiles qui ont été ajoutées ou étaient incluses dans le produit, notamment du CBD ou de la vitamine E.»

De manière générale, les études, pléthoriques, sur la cigarette électronique ne cessent de se contredire. En déclarant, fin juillet, que l’e-cigarette était «incontestablement nocive», l’OMS a provoqué un tollé jusque chez certains acteurs de la prévention. «Public Health England a officiellement déclaré que les cigarettes électroniques étaient environ 95% moins nocives que les cigarettes combustibles», contre-attaque Julian Pidoux, porte-parole de Philip Morris, tout en rappelant toutefois que les produits sans combustion, avec ou sans tabac, que l’entreprise développe, «bien qu’ils soient de meilleures alternatives à la cigarette, ne sont pas sans risques».

Evelyne Laszlo, tabacologue pour Stop-tabac.ch, recommande quant à elle la prudence. «En Suisse, aucune directive ne régit encore la fabrication des e-liquides, qui n’est donc soumise à aucun contrôle officiel. Les cigarettes électroniques entrent dans le champ d’application de la loi sur les denrées alimentaires.

La différence entre la déclaration des substances utilisées dans les e-liquides et leur contenu effectif peut donc être très grande.» Pour se protéger au maximum, mieux vaut se renseigner et se fournir dans des magasins spécialisés que sur internet, et surtout ne pas produire soi-même son mélange.

Articles en relation

Le leader américain de l’e-cigarette débarque en Suisse

Distribution La marque de clope électronique Juul dévoilera mardi sa stratégie et son alliance avec le distributeur Valora. Plus...

La nouvelle loi sur le tabac fait hurler les milieux de la prévention

Jeunesse Le Conseil fédéral refuse d’interdire la publicité pour les produits du tabac, mais autorise la cigarette électronique avec nicotine. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.