Le front contre les expérimentations animales se durcit

Protection des animauxLes initiatives contre les expérimentations animales se multiplient. Les chiffres sont pourtant à la baisse.

Les initiants jugent les tests sur les animaux barbares et inefficaces.

Les initiants jugent les tests sur les animaux barbares et inefficaces. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Libérez les souris blanches et les singes des laboratoires suisses! C’est ce que réclame l’initiative populaire fédérale «Oui à l’interdiction de l’expérimentation animale et humaine», lancée mardi à Berne par un comité saint-gallois apolitique. Le texte réclame que l’expérimentation animale soit considérée comme un mauvais traitement envers les animaux et donc comme un crime.

Les initiants jugent en outre ces tests inefficaces. «La majorité des substances testées sur des animaux et jugées comme prometteuses faillissent lors de la phase de test sur les humains, affirme Irene Varga, coprésidente du comité d’initiative et diplômée en sciences naturelles à l’EPFZ. De nombreux produits posent ensuite des problèmes sur le marché et nécessitent des ajustements qui s’étendent sur des années.» Les initiants prônent de nombreuses autres voies alternatives, comme un meilleur regroupement des connaissances déjà existantes, l’usage des cadavres ou de déchets d’opération sains à des fins scientifiques. «Lorsqu’il y a des questions sur le fonctionnement humain, il faudrait utiliser des cellules, des tissus et des organes humains, et non des cellules de souris qui produisent ensuite des résultats différents», poursuit Irene Varga.

A Genève et à Bâle aussi

Plusieurs autres initiatives de ce type sont en cours au niveau cantonal. A Genève, l’initiative «Pour un meilleur contrôle de l’expérimentation animale», lancée par la Ligue suisse contre l’expérimentation animale et pour les droits des animaux (LSCV), a abouti ce mardi encore, tandis que l’initiative «Des droits fondamentaux pour les primates» a récemment été déposée à Bâle-Ville. Malgré cet engouement, Irene Varga estime que le chemin sera difficile. «Si nous devions voter aujourd’hui, les chances seraient faibles parce que les gens sont informés de manière unilatérale. Ils se laissent convaincre qu’ils peuvent tirer un profit personnel de la barbarie exercée sur des animaux et des humains, argue-t-elle. Trop peu sont au courant de la pauvreté des résultats de l’expérience animale. Plus nous réussirons à éclairer la population, plus nos chances augmenteront.»

Selon les chiffres de l’Office fédéral de la statistique, les expérimentations animales baissent régulièrement depuis les années 1980. Alors que leur nombre atteignait pratiquement les 2 millions en 1983, elles s’élevaient à 630 000 en 2016. L’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires assure que trois quarts des animaux ont subi des contraintes nulles ou légères.

Difficile de s’en passer

La Société pour l’étude des animaux de laboratoire (SSEAL) explique que la recherche peut difficilement s’en passer. «Il existe des questions scientifiques qui ne peuvent pas, actuellement, être étudiées à l’aide de méthodes de substitution. Les cultures de cellules ou de tissus ne permettent d’étudier que des aspects partiels de l’action d’un médicament. L’étude de substances dans le corps vivant reste indispensable.»

Selon la SSEAL, sans l’expérimentation animale il faudrait, par exemple, tester directement sur l’homme. Inenvisageable pour des raisons éthiques. «Certes, le test sur des animaux n’est pas une garantie absolue de sa sécurité, mais protège néanmoins avec une probabilité élevée les personnes participant à des essais contre des effets secondaires inacceptables.» La SSEAL rappelle en outre que ces principes éthiques ont été établis après la Seconde Guerre mondiale «pour exclure à jamais des essais sur l’être humain tels qu’ils ont été pratiqués dans les camps de concentration de l’Allemagne nazie.» (24 heures)

Créé: 04.10.2017, 07h35

Articles en relation

Haro contre l'expérimentation animale

Suisse Un comité prévoit de lancer une initiative populaire tandis qu'une motion interdisant les expérimentations avec des primates sera déposée à Berne. Plus...

Guerre déclarée contre la maltraitance animale

Suisse Après le scandale des chevaux maltraités en Thurgovie, Berne va renforcer ses contrôles sur les exploitations à risque. Plus...

Protection animale: plus de contrôles demandés

Suisse Plusieurs voix s'élèvent pour demander aux cantons une augmentation des contrôles non annoncés dans les exploitations agricoles. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.