Passer au contenu principal

«Immigration de masse»Frontaliers: le Tessin demande une «clause de sauvegarde»

Des mesures, comme la préférence locale ou des contingents, pourraient être appliquées sous certaines conditions dans des secteurs économiques tessinois.

Les Tessinois avaient accepté à 68,2% - taux le plus élevé de tous les cantons - le 9 février 2014, l'initiative sur l'immigration de masse.
Les Tessinois avaient accepté à 68,2% - taux le plus élevé de tous les cantons - le 9 février 2014, l'initiative sur l'immigration de masse.
Keystone

Le Tessin demande une clause de sauvegarde spécifique au canton dans le cadre de l'application de l'initiative sur l'immigration. Il propose de tenir compte des différences de salaires, du coût de la vie et du taux de chômage de part et d'autre de la frontière.

Dans des situations d'exception, qui répondraient à des critères rigoureusement objectifs, cette clause limitant la libre circulation serait activée. Des mesures dans des secteurs particuliers de l'économie comme la préférence locale ou des contingents seraient alors appliquées, selon le Conseil d'Etat tessinois.

Dans un communiqué diffusé mercredi, le gouvernement cantonal indique qu'il a mandaté l'ancien secrétaire d'Etat Michael Ambühl pour élaborer une proposition dans ce sens. Professeur à l'EPFZ, ce dernier a formulé l'an dernier déjà l'idée d'une clause de protection pour sortir la Suisse de l'impasse avec l'Union européenne, qui refuse toute restriction de la libre circulation.

Utilisée dans certaines situations uniquement

La clause de protection agirait de manière temporaire et serait utilisée dans certaines situations uniquement. La Suisse pourrait faire appel à un tel remède en cas d'une immigration nette excessivement forte. En dessous de la limite fixée, la libre circulation resterait valable.

Interrogé à l'émission «Forum» de la RTS, le président du gouvernement tessinois Norman Gobbi a rappelé que l'Espagne avait formulé une demande similaire en 2011 face à l'immigration venue de l'Europe de l'Est.

«Munich à côté d'Athènes»

Il a illustré le cas très particulier, selon lui, du Tessin, où la population avait accepté à 68,2% - taux le plus élevé de tous les cantons - le 9 février 2014 l'initiative sur l'immigration de masse: «C'est comme si Munich avait comme voisin Athènes». Cet exemple extrême, avoue-t-il, montre à quel point le coût de la vie est très différent entre le Tessin et les régions italiennes limitrophes.

La proposition du Conseil d'Etat tessinois s'inscrit dans la consultation lancée par le Conseil fédéral sur la mise en oeuvre de l'initiative sur l'immigration. Celle-ci court jusqu'au 28 mai.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.