Passer au contenu principal

Le futur chef de la FINMA rattrapé par son passé

La faillite d’ISL, ce géant du sport qui avait graissé la patte de la FIFA, colle aux basques de Thomas Bauer.

Le 1er juillet dernier, le Conseil fédéral a nommé Thomas Bauer à la présidence de la FINMA. Ce dernier fait l’objet de critiques pour son activité de liquidateur d’ISL.
Le 1er juillet dernier, le Conseil fédéral a nommé Thomas Bauer à la présidence de la FINMA. Ce dernier fait l’objet de critiques pour son activité de liquidateur d’ISL.
Keystone

«Thomas Bauer n’est pas la personne que l’on attendait à la présidence de la FINMA (Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers). Ce n’est pas le Messie que nous présente le Conseil fédéral!» assène le conseiller national Roland Rino Büchel (UDC/SG). «Ses activités passées sont incompatibles avec son nouveau poste», ajoute Fabian Molina, le président de la Jeunesse socialiste. «Sa nomination dans un organe très sensible, la FINMA, m’a étonnée, parce qu’on le connaît peu dans notre canton. Je sais juste qu’il est juge UDC», note pour sa part Elisabeth Schneider-Schneiter (PDC/BL).

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.