Qui sont les gagnants et les perdants du retors budget 2018

ConfédérationL'AVS et le fonds d’infrastructure ferroviaire voient des millions leur échapper. Ils serviront au désendettement.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le couperet est tombé. Après des navettes interminables entre les deux Chambres fédérales, la Suisse a un budget pour l’année 2018. Il se monte à 71 milliards et présente un bénéfice de 295 millions. Un rebondissement a encore eu lieu jeudi matin. Alors que la Conférence de conciliation préconisait des centaines de millions pour l’AVS, le Conseil des États a torpillé cette solution. Du coup, ce sont les montants les plus bas qui se sont appliqués automatiquement pour régler les divergences entre les deux Chambres.

Qui sont les gagnants et les perdants du débat budgétaire? Petit résumé de la bataille.

L’AVS ne recevra pas 370 millions
Cela a été le gros enjeu de cette discussion budgétaire. À l’origine: un cadeau de Noël. Comme les Suisses ont refusé la grande réforme des retraites en septembre dernier, la Confédération économise du coup 440 millions. Cette somme a aiguisé l’appétit des Chambres. Une alliance PS-UDC a proposé de verser cette somme au fonds AVS, histoire de sécuriser un peu le 1er pilier en attendant une nouvelle réforme. PLR et PDC n’en ont pas voulu, arguant qu’il n’y avait pas la base légale et que c’était une goutte d’eau dans l’océan. Le crédit AVS a ensuite été réduit à 370 millions pour respecter le frein à l’endettement. La Conférence de conciliation entre les deux Chambres a donné son feu vert. Mais les États ont fait tout capoter jeudi matin.

La dette de la Confédération va s’alléger
Le grand gagnant du débat budgétaire, c’est la dette confédérale! Celle-ci va récupérer selon toute probabilité les 295 millions de boni prévus. Voire plus. La Confédération se «plante» régulièrement dans ses estimations et engrange des bonis souvent plus importants que prévu. Le ministre des Finances, Ueli Maurer, peut donc se frotter les mains. La dette de la Confédération se situe actuellement déjà sous la barre des 100 milliards. Cela représente un taux d’endettement par rapport au PIB tout à fait raisonnable de 15,3%.

Réseau ferroviaire moins doté
L’infrastructure des CFF est à la peine. Il faut rénover le réseau et cela se chiffre en milliards. Le Conseil fédéral avait donc prévu de doter le fonds d’infrastructure ferroviaire de 295 millions en plus. Le Conseil des États a soutenu ce supplément jusqu’au bout. Le National, au contraire, a estimé que cela pouvait attendre, puisque le fonds est encore suffisamment rempli. Et il l’a emporté.

L’agriculture et la formation rigolent
Le lobby paysan est toujours aussi puissant. Il a réussi à gratter 84 millions en plus pour les paiements directs. Il a aussi paré l’attaque des États qui voulaient lui enlever 18 millions au budget touchant l’adaptation des structures agricoles. La formation, elle aussi, sait défendre ses intérêts. Elle obtient 53 millions supplémentaires pour les Écoles polytechniques fédérales. En cadeau bonus, il y a encore +16 millions pour les institutions d’encouragement à la recherche. Les Hautes Écoles spécialisées (+11 millions) et les Universités (+6 millions) n’ont pas été oubliées.

Asile et fonctionnaires perdants
Malgré la résistance des États, il y aura 41 millions en moins pour l’aide sociale à destination des requérants d’asile, des admis provisoires et des réfugiés. Le National l’a justifié avec les chiffres en baisse dans le domaine de l’asile. Selon les dernières estimations du SEM, la Suisse devrait accueillir environ 18'500 requérants pour toute l’année 2017. C’est moitié moins qu’en 2016. Quant aux fonctionnaires fédéraux, ils devront renoncer à une compensation de 64 millions. Elle était destinée à amortir la diminution de leur rente 2e pilier en raison de la baisse du taux de conversion opérée par la caisse Publica. Mais les employés de la Confédération auront un lot de consolation. Les Chambres leur accordent l’indexation de leur salaire (0,6% en moyenne), ce qui coûtera à l’État 33 millions supplémentaires.

Et de jolies miettes pour…
Il y a encore des petits gagnants du budget 2018: + 690'000 francs pour l’encouragement aux activités extrascolaires des enfants et des jeunes et + 440'000 francs pour l’aide en faveur des organisations familiales. La Ville de Berne sauve aussi sa subvention culturelle de 300'000 francs qui avait été coupée par le Conseil fédéral.

Créé: 14.12.2017, 22h05

Articles en relation

Bataille sur les millions de l’AVS pour le budget 2018

Parlement fédéral L’échec de la réforme des retraites a dégagé 440 millions de plus au budget. Les élus s’écharpent sur son usage Plus...

Le National reste ferme sur l'AVS

Budget 2018 Dans son examen du budget 2018, la Chambre de peuple veut toujours verser 442 millions à l'AVS. Mais elle a cédé sur l'agriculture, en acceptant de serrer la vis. Plus...

Des millions gaspillés sur les factures AVS et AI

Rapport fédéral Le Contrôle fédéral des finances dénonce un gros retard informatique à la Centrale de compensation, sise à Genève. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.