Passer au contenu principal

SuisseLes gardes-frontière ne sont pas renforcés pour le moment

Les appels se multiplient après les attentats de Paris. Le Conseil fédéral discutera de la situation.

Les contrôles se sont intensifiés à la frontière entre Genève et la France.
Les contrôles se sont intensifiés à la frontière entre Genève et la France.
Salvatore Di Nolfi, Keystone

Les appels se multiplient après les attentats de Paris pour renforcer les effectifs du Corps des gardes-frontière. Le Conseil fédéral discutera de la situation. Eveline Widmer-Schlumpf n'a toutefois pas voulu se prononcer sur l'ampleur d'un nouvel élargissement mardi devant la presse.

Sous pression du Parlement, le Conseil fédéral a déjà augmenté les effectifs. Il a ainsi décidé en juin de créer 48 postes supplémentaires, a rappelé la ministre des finances. Questionnée sur les besoins, elle s'est contentée de rappeler qu'il y a deux ans, on évoquait 200 postes de plus.

Signes contradictoires

La grande argentière a en outre souligné que, parallèlement à ses souhaits de renforcer les gardes-frontière, le Parlement envoie des signes contradictoires en appelant à plafonner voire à couper dans les effectifs du personnel fédéral.

Selon Eveline Widmer-Schlumpf, le Corps des gardes-frontière a actuellement la situation sous contrôle. Si besoin est, l'armée pourrait apporter son soutien. Pas question en revanche pour la grande argentière d'anticiper une décision du Conseil fédéral sur un éventuel contrôle systématique aux frontières.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.