Passer au contenu principal

La gauche prend une claque sur la surveillance des assurés

La traque aux fraudeurs l’emporte facilement dans les urnes. Chronique d’une division de la gauche illustrée par Alain Berset.

Déception pour la conseillère nationale Silvia Schenker (PS/BS) (à g.) et pour Freija Geniale, du comité référendaire contre la surveillance des assurés, à l’annonce des premiers résultats.
Déception pour la conseillère nationale Silvia Schenker (PS/BS) (à g.) et pour Freija Geniale, du comité référendaire contre la surveillance des assurés, à l’annonce des premiers résultats.

Le peuple suisse n’aime pas du tout les fraudeurs aux assurances sociales comme l’AI. Il a décidé dimanche de plébisciter à 64,7% la nouvelle loi pour encadrer la surveillance des abus (lire encadré) . Ce score cinglant est une claque pour la gauche. Elle n’a pas réussi à convaincre la population que la sphère privée était gravement mise en cause.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.