Passer au contenu principal

Genève sera un cobaye de la mobilité tarifée

Volontaire pour tester les nouvelles pratiques tarifaires imaginées à Berne, le Canton n’exclut pas de les rendre lucratives.

Paierons-nous un jour nos déplacements, qu’ils soient routiers ou à bord de transports publics, en fonction des émissions polluantes, mais aussi en fonction de l’horaire, les heures de pointe étant plus chères? L’idée fait son chemin à Berne. Et Genève est prêt à emboîter le pas, a annoncé mercredi le Conseil d’Etat. Le Canton se déclare volontaire pour tester ces nouvelles pratiques tarifaires connues sous le terme anglais de mobility pricing. Il fait figure de canton pilote, avec Neuchâtel, Berne, Zoug, Saint-Gall et le Tessin.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.