Le giratoire, terrain de jeu des fous du dérapage

Rond-Point (4/4)Avec sa courbe parfaite et infinie, le giratoire attire les amateurs de glisse en voiture. Une pratique illégale sur la voie publique.

Avec ses bolides tape-à-l’œil et ses courses endiablées dans la capitale japonaise, le film «Fast and Furious: Tokyo Drift»,
sorti en 2006, a engendré toute une génération d’amateurs de drift sauvage. En Suisse comme ailleurs.

Avec ses bolides tape-à-l’œil et ses courses endiablées dans la capitale japonaise, le film «Fast and Furious: Tokyo Drift», sorti en 2006, a engendré toute une génération d’amateurs de drift sauvage. En Suisse comme ailleurs. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La manœuvre n’aurait rien de très compliqué. Tourner dans un rond-point, en dérapant, serait même à la portée du plus grand nombre. Il suffirait de «tirer un câble» – comprendre «le frein à main» en roulant –, de jouer avec les gaz et de contrôler un tant soit peu son bolide pour se mettre en travers et épouser la forme circulaire du giratoire. Le temps d’un quart de tour, d’un demi-tour voire plus si dextérité. «C’est facile à réaliser et c’est plutôt joli à regarder, confirme Gilles Eggel, qui pratiquait l’activité il y a encore quelques années. Dès lors, rien d’étonnant à ce que les ronds-points soient parfois utilisés comme pistes par des chauffards en manque de sensations.»

En travers sur la Maladière

Témoins d’un phénomène populaire et international, les vidéos célébrant la manœuvre pullulent sur YouTube. En France, en Amérique latine ou encore au Japon, on se réunit pour quelques «donuts» – la forme circulaire du mouvement rappelle le beignet américain – le temps d’une soirée filmée. Les vidéos de tutoriels ne sont pas en reste. En l’espace de quelques minutes, nombre de moniteurs improvisés vous apprennent comment tourner en dérapant autour d’un plot ou d’une poubelle. En Suisse, les aficionados se font plus rares en ligne, mais quelques performances ne sont pas passées inaperçues.


A lire aussi : Le giratoire le plus dangereux se trouve à Lausanne


Voilà par exemple quatre ans que circule sur Facebook la vidéo d’une BMW M3 blanche en train de déraper dans le rond-point de la Maladière à Lausanne. Un demi-tour réalisé sur route mouillée en pleine nuit, alors que la zone semble déserte. Des images qui suscitent l’admiration de certains – «Enfin, je me suis toujours dit qu’un jour quelqu’un voudrait faire ça ici» – autant qu’elles fâchent une partie de la communauté du drift soucieuse de son image – «Merci de permettre au public de mettre chauffards et drifteurs dans le même panier». Dans le milieu, l’amalgame entre la pratique sportive de la glisse sur piste et son pendant «sauvage» est un sujet sensible.

Retrait de permis

«Comme d’autres, j’ai moi aussi commencé sur des ronds-points, sur des routes publiques, confie Gilles Eggel. Mais avec mes amis, on ne faisait pas n’importe quoi non plus. On cherchait toujours des endroits déserts. On n’aurait jamais fait ça en ville.» Pourquoi ne pas avoir opté pour le circuit dès le départ? «Une question de budget tout simplement.» À l’époque, il fallait se déplacer à l’étranger pour pratiquer dans les règles et un week-end de piste pouvait atteindre les 1500 francs. Durant ses quelques années de drift «sauvage», Gilles a plusieurs fois croisé la route de la police et a fini par perdre son permis. Un retrait de 2 ans qui a entraîné une prise de conscience chez le jeune homme, depuis converti au drift sur piste. «Sur routes publiques, la pratique contrevient aux règles de la circulation routière», confirment à l’unissons les différentes polices de Suisse romande.


Webdoc : Réalisez un voyage express à travers les localités de Suisse romande


«Ce n’est pas illégal de faire trois fois le tour d’un rond-point, reconnaît Silvain Guillaume-Gentil, porte-parole de la police cantonale genevoise. En revanche, le faire en dérapant peut entraîner des nuisances sonores, des excès de vitesse, une perte de contrôle de son véhicule, la mise en danger d’un autre usager et bien sûr un accident.» Des infractions dont le montant oscille entre 160 francs et 2166 francs dans le canton.

Interrogées sur l’importance du phénomène en Suisse, les différentes polices cantonales soulignent qu’aucune statistique ne référence les infractions pour drift sur la voie publique et s’en remettent donc à leurs impressions. Et là encore, le discours est homogène. La pratique resterait épisodique et aucun rendez-vous de masse n’est à signaler. Il n’y aurait pas non plus de recrudescence de ce type de comportements sur la route ou d’accidents graves dus à un dérapage de rond-point à signaler. Et si la présence de traces de pneus venait à se faire plus fréquente sur un giratoire, la police genevoise assure qu’elle serait rapidement mise au courant afin de contrôler.

«Nous ne sommes pas au Japon, où le drift sauvage se pratique à plus grande échelle, mais les dérapages sur ronds-points et routes publiques existent bien sûr aussi en Suisse, déplore de son côté Nadia Boudjenane, responsable de la communication de la Swiss Drift Association, organisation visant à promouvoir le drift comme discipline sportive. Le film «Fast and Furious: Tokyo Drift» – sorti en 2006 – et ses courses en pleine ville ont eu un véritable impact négatif sur notre sport, en encourageant des comportements comme celui filmé sur le giratoire de la Maladière.» Conséquence, la discipline souffre aujourd’hui d’un déficit d’image auprès des autorités ou de potentiels sponsors.

La piste comme défouloir

Pour lutter, la Swiss Drift Association sensibilise autant qu’elle essaie d’intégrer au maximum les pilotes en herbe. L’organisation leur propose des journées d’entraînement sur circuit ou même de les faire participer aux différents événements de drift organisés en Suisse.

«Pour éviter tout débordement sur la voie publique, il faut leur trouver des alternatives pour qu’ils se défoulent, insiste Nadia Boudjenane. La mise en place d’un championnat suisse, aux côtés d’Auto Sport Suisse (la Fédération suisse du sport automobile), fait partie des grands chantiers de l’année à venir.»

Une politique qui s’accompagne aujourd’hui de signaux positifs. Red Bull est présent dans le sport et BMW a récemment fait un pas en direction de la discipline, en battant le record du monde du plus long drift durant huit heures. Soit 374,17 km à déraper autour d’un rond-point, pour la petite histoire.


A lire aussi : Les cyclistes, trop souvent victimes des giratoires


(24 heures)

Créé: 11.10.2018, 07h08

En chiffres

3000


Soit le prix moyen en francs d’une voiture de drift préparée pour débuter sur circuit

374,17


Soit le nombre
de kilomètres parcourus en janvier à drifter autour d’un rond-point durant huit heures par une BMW M5. Le record a nécessité
un ravitaillement en piste

Articles en relation

Un giratoire, est-ce utile? Les experts en débattent encore

Ronds-points: notre série Le giratoire est-il la solution à tout, ou est-ce une mode chez les ingénieurs et les politiciens? Les spécialistes en transport ne s’accordent pas sur tous les points. Tout dépend du but recherché. Plus...

Le giratoire le plus dangereux se trouve à Lausanne

Ronds-points: notre série Aucun autre rond-point en Suisse romande n’enregistre autant d’accidents que celui de la Maladière. Une situation qui perdure depuis des décennies. Plus...

Les Romands tournent en rond autour des giratoires

Voyage express Combien de giratoires y a-t-il en Suisse? Où est le plus dangereux? Et si on commençait par le début: est-ce bien utile? Plus...

Alain Rebetez va-t-il survivre au rond-point de l’Étoile?

Ronds-points: notre série Notre correspondant à Paris se lance un défi: conduire dans le rond-point le plus dangereux de la capitale française. Plus...

Des chiffres en dessous de la réalité

Ronds-points: notre série Les statistiques des accidents de la route sont imprécises pour les giratoires. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.