Golan: Netanyahu inaugure la colonie «Trump»

Moyen-OrientIsraël a inauguré sur le Golan occupé une colonie en l'honneur du président américain.

Benjamin Netanyahu a qualifié le président Donald Trump de «très grand ami d'Israël».

Benjamin Netanyahu a qualifié le président Donald Trump de «très grand ami d'Israël». Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a inauguré dimanche une nouvelle colonie sur la partie du plateau du Golan annexée et occupée par Israël, baptisée «Ramat Trump» - la «colline Trump» en hébreu - en l'honneur du président américain.

Donald Trump a reconnu le 25 mars la souveraineté d'Israël sur la partie du Golan que l'Etat hébreu avait prise à la Syrie pendant la guerre des Six Jours de 1967, puis annexée en 1981, une décision qui n'a pas été reconnue par la communauté internationale.

«Le Golan est israélien et le restera toujours», a déclaré Benjamin Netanyahu, qualifiant le président Donald Trump de «très grand ami d'Israël qui a pris des décisions qui n'avaient pas été prises auparavant».

«Ramat Trump»

Installé autour d'une grande table, le conseil des ministres réuni exceptionnellement sous une tente dans le nord du plateau du Golan, a voté l'appellation de la nouvelle colonie «Ramat Trump». Présent, l'ambassadeur des Etats-Unis, David Friedman, a salué «un geste extraordinaire».

Celle-ci devrait se construire sur le site d'une ancienne colonie: un kibboutz du nom de Quela Bruchim, fondé en 1984 et dans lequel seules quatre familles vivent encore, dans des mobile-homes.

Les colonies, des implantations civiles israéliennes dans des territoires occupés, sont illégales au regard du droit international. A l'extérieur de la tente, un panneau portant le nom de la colonie a été dévoilé peu après l'annonce devant un public constitué de responsables locaux, juifs et druzes.

«Le futur d'Israël»

«Le président Trump prouve une fois de plus son engagement pour la sécurité et le futur d'Israël», a salué le Premier ministre israélien debout devant le panneau. Il a rappelé que Donald Trump avait fait transférer l'ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem en mai 2018.

L'inauguration d'une nouvelle colonie, «ce qui n'a pas été fait depuis de nombreuses années», a souligné M. Netanyahu, «va impulser le développement du plateau du Golan». L'Etat hébreu investira dans les constructions d'habitations et de routes, mais aussi, dans l'éducation et le tourisme, a-t-il promis.

Vladimir Pelopzerkovski, un habitant de ces mobile-homes, a confié avoir dit en personne à Benjamin Netanyahu qu'il espérait que cela ne resterait pas seulement des promesses. «Je ne suis pas convaincu que ces promesses apportent un vrai changement», a ajouté l'homme de 75 ans.

Druzes apatrides

En 1949, le gouvernement israélien avait baptisé une localité dans le centre du pays Kfar Truman - le village Truman en hébreu - afin de remercier le président américain Harry Truman d'avoir été le premier à reconnaitre l'indépendance d'Israël le 14 mai 1948.

Environ 23'000 druzes, minorité arabophone et musulmane également présente en Syrie et au Liban voisin, vivent sur la partie du Golan occupée et annexée par Israël, ainsi que 25'000 colons israéliens arrivés depuis 1967.

Ces druzes sont apatrides : ils ont perdu leur nationalité syrienne et beaucoup ont refusé la carte d'identité israélienne. Ils se considèrent comme Syriens et sont farouchement opposés à l'annexion du territoire par l'Etat hébreu. (ats/nxp)

Créé: 16.06.2019, 19h18

Le plan de paix israélo-palestinien de Trump pourrait être présenté en novembre

La présentation du plan de paix de Washington pour résoudre le confit israélo-palestinien pourrait avoir lieu en novembre, après la formation d'un nouveau gouvernement israélien, a déclaré dimanche le conseiller du président américain Donald Trump pour le Proche-Orient, Jason Greenblatt. Le plan américain pour résoudre le conflit se fait attendre depuis des mois et a été repoussé à plusieurs reprises. Il fait face à un grand scepticisme quant aux chances du président Trump de parvenir à ce qu'il a appelé «l'accord (diplomatique) ultime».

Articles en relation

Une colonie au nom de Trump sur le Golan occupé

Israël Le premier ministre israélien a annoncé dimanche avoir trouvé le lieu adéquat pour fonder une implémentation en l'honneur du président américain. Plus...

Les Etats-Unis isolés à l'ONU sur le Golan

Diplomatie Les Etats-Unis se sont retrouvés isolés mercredi pour défendre une souveraineté d'Israël sur le Golan lors d'une réunion du Conseil de Sécurité. Plus...

Golan: Ryad «condamne» la position américaine

Proche-Orient L'Arabie saoudite a condamné la décision de Donald Trump de reconnaître l'annexion par Israël du plateau du Golan. Plus...

Golan: Trump reconnaît la souveraineté d'Israël

Proche-Orient Le président américain a satisfait une demande du Premier ministre israélien en reconnaissant la souveraineté de l'état hébreu sur le plateau du Golan, occupé depuis 1967. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.