Gorbatchev: «La France sera obligée de changer de position»

SyrieDe passage à Genève, l’ancien dirigeant soviétique a accordé un entretien à 24 heures au sujet de la situation en Syrie.

Mikhaïl Gorbatchev, mercredi à Genève.

Mikhaïl Gorbatchev, mercredi à Genève. Image: Alain Jourdan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Mikhaïl Gorbatchev, présent à Genève dans le cadre de l'assemblée générale de la Fondation Green Cross, avait rappelé son attachement à une solution pacifiste en Syrie, lundi. Mercredi, l'ancien dirigeant soviétique juge la position russe «constructive» et s’étonne de l’attitude de la France, dénonçant sans les nommer les pays arabes qui jettent de l’huile sur le feu.

Que pensez-vous de la position prise par le Kremlin ces dernières heures?

Je crois que la Russie a une attitude constructive et positive. Le président Poutine vient de donner une longue interview à la télévision russe. Il a consacré beaucoup de temps à expliquer sa position. Je crois que c’est possible de trouver une issue à cette crise. Il faut d’abord essayer de comprendre ce qui s’est réellement passé et après prendre une décision concertée sur ce qui doit être fait.

Quels sont les obstacles à une solution de paix?

De chaque côté, il y a des gens qui poussent à la guerre. Il est très dangereux de les écouter. La situation actuelle est explosive mais dans le passé nous sommes arrivés à sortir de situations plus dangereuses et plus compliquées. Dans ces moments-là, la Russie a toujours aidé à trouver des solutions. Je me rappelle qu’a mon époque, le camp des faucons conseillait le président Ronald Reagan. Il a su écouter ceux qui lui conseillaient d’entrer dans l’Histoire en allant vers la paix. Enfin, pourquoi devrions-nous accepter des conseils et des décisions prises par le puissant lobby de l’armement? Naturellement, il est le seul à profiter de la situation.

Etes-vous déçus par Obama?

Malgré les différentes déclarations qui ont été faites, j’espère qu’il cherche encore à trouver une solution de coopération. Il faut réunir une Conférence internationale sur la Syrie. Obama et Poutine doivent se rencontrer. Il faut qu’ils montrent que la guerre froide est bel et bien finie et qu’ils sont capables de travailler ensemble. Des pays tels que la Russie, les Etats-Unis et la France doivent œuvrer à une solution qui ne passe pas par des bombardements. Maintenant, les choses dépendent beaucoup du Conseil de sécurité de l’ONU.

Que vous inspire la position de France?

Je ne la comprends pas et elle me déçoit. La France soutient les frappes contre la Syrie au lieu de soutenir la Conférence internationale sur la Syrie. Elle sera obligée de changer de position. Je me souviens que mes relations avec François Mitterrand n’étaient pas toujours faciles, mais on pouvait discuter avec lui à bâtons rompus. Il avait un esprit ouvert, il était capable d’entendre ce qu’on lui disait.

Faut-il impliquer l’Iran dans les discussions?

Oui. Il faut impliquer l’Iran. Le pays a un rôle à jouer pour résoudre ce problème.

N’est-ce pas difficile et frustrant d’essayer de faire de la défense de l’environnement une priorité quand le monde est occupé à faire la guerre?

Bien sûr que c’est frustrant. Et alors? C’est une raison pour ne rien faire? Nous ne devons pas renoncer. Nous devons continuer à nous battre pour la planète. Nous devons rester actifs et nous appuyer sur la société civile pour avancer.

Créé: 04.09.2013, 15h15

Dossiers

Articles en relation

A Genève, Gorbatchev appelle ses «amis américains» à la raison

Syrie A l'occasion de l’ouverture ce matin à Genève de l’Assemblée générale de Green Cross, Mikhail Gorbatchev a évoqué la crise syrienne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.