Il n'y a pas que le Gothard, il faut aussi entretenir le réseau

Chemins de ferLa maintenance des rails a pris du retard. Le crédit demandé à la Confédération est plus gros. Explications.

Le nombre de tunnels à entretenir va augmenter de 64% pour les CFF, en raison de l'ouverture de la ligne de base du Gothard.

Le nombre de tunnels à entretenir va augmenter de 64% pour les CFF, en raison de l'ouverture de la ligne de base du Gothard. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les compagnies ferroviaires, CFF en tête, font siffler la loco pour attirer l’attention. A l’avenir, elles auront besoin de 15% de soutien financier supplémentaire de la part des pouvoirs publics. «On parle toujours des nouveaux investissements dans le rail, mais le gros de nos moyens financiers part chaque année dans la substance, c’est-à-dire l’entretien du réseau», explique Michel Joye, président de l’Union des transports publics (UTP), qui réunit quelque 120 entreprises de la branche. La maintenance des voies de chemins de fer, qui a pris du retard dans les années 90, est en phase de rattrapage. Mais c’est surtout l’augmentation constante du trafic qui fait grimper la douloureuse.

En chiffres, le crédit pour la «convention de prestations concernant l’infrastructure ferroviaire 2017-2020», qui sera soumis au parlement en automne, se monte à 13,2 milliards. En soustrayant les recettes, la manne directe réclamée à la Confédération se monte à 7,6 milliards. Une augmentation de 15% par rapport au crédit précédent (2103-2016). «Le dernier crédit était insuffisant et il a fallu rajouter 500 millions», rappelle Philippe Gauderon, chef des infrastructures des CFF.

Si l’ex-régie fédérale et l’UTP ont convoqué la presse pour en parler ce lundi, à Lausanne, c’est pour interpeller les usagers et le monde politique. «Les montants demandés sont importants, admet Philippe Gauderon, mais ces investissements sont une nécessité. Nous aimerions éviter que les parlementaires biffent 500 millions en ayant l’impression de faire quelque chose d’utile.»

Economies consenties

L’enveloppe budgétaire négociée avec l’Office fédéral des transports (OFT) suppose des efforts de la part des compagnies de transports. Les CFF rappellent les mesures d’économie de 592 millions de francs par an auxquels ils comptent s’astreindre ces prochaines années. La suppression de 900 emplois (environ 3% des effectifs) d’ici à 2030, annoncée depuis l’an dernier, fait partie de ce serrage de ceinture. Les standards sur certaines lignes seront simplifiés. «Les vieux rails usés sur les grandes lignes sont meulés pour être recyclés sur les petites voies», explique Vincent Ducrot, directeur des Transports publics fribourgeois (TPF) et ancien haut cadre aux CFF.

Le nombre de machines de chantier sera réduit, passant de 70 à 65. Les travaux sur les voies seront aussi regroupés: ils auront lieu de jour et nécessiteront des fermetures de lignes pour la durée du chantier. «Jusqu’ici, la majorité des travaux se faisait la nuit pour ne pas interrompre le trafic, les conditions de travail étaient difficiles, explique Philippe Gauderon. Désormais les nuisances nocturnes seront moindres pour le voisinage.» Surtout, l’économie escomptée est de 85 millions de francs par an.

«Si on néglige l’entretien, on entrera vite dans une spirale descendante»

L’attractivité en jeu

Les Suisses sont les plus grands consommateurs de train du monde, rappelle l’UTP. Selon les statistiques de la Confédération, la moyenne parcourue est de 36 kilomètres par jour et par personne. Et le peuple a plébiscité, en février 2014, le Financement de l’infrastructure du rail (FAIF), qui prévoit des investissements de 6,4 milliards d’ici à 2025. Bref, c’est le grand amour entre l’Helvète et le rail. «L’attractivité des transports dépend de la qualité du réseau, prévient Michel Joye. Si on néglige l’entretien, on entrera vite dans une spirale descendante. Et une baisse de qualité serait vite ressentie par la clientèle.»


Pour voir l'infographie en grand, cliquez ici.

Pour voir l'infographie en grand, cliquez ici.

Pour voir l'infographie en grand, cliquez ici.

Créé: 14.06.2016, 08h16

La sécurité assurée malgré l’usure

La maintenance du réseau, négligée dans les années 2000, est en cours de rattrapage. «En temps normal, nous devrions faire 110 kilomètres de renouvellement de voies ferrées chaque année, actuellement nous en faisons 180», explique Philippe Gauderon, chef de la Division infrastructures des CFF. Ce rattrapage va s’intensifier jusqu’en 2020. Les travaux
de bourrage du ballast et de meulage des voies devraient augmenter respectivement de 73% et de 43% dès l’année prochaine. L’état actuel du réseau (5100 kilomètres) est jugé «suffisant» par les experts, qui parlent d’une voie ferrée «passable». Malgré l’usure de certaines voies, la sécurité du réseau a toujours été assurée, insiste l’ancienne régie fédérale. «Ce retard d’entretien était en partie le fruit d’une volonté d’économies de la Confédération», rappelle Philippe Gauderon. «La priorité était alors mise sur le développement des nouvelles infrastructures», ajoute Vincent Ducrot, actuel directeur des TPF. De plus, les mesures du?réseau n’étaient pas systématiques avant 2009.

Articles en relation

Le chaos d'Oerlikon révèle la vulnérabilité des CFF

Zurich Il a suffi de mettre le feu à des câbles pour paralyser le trafic ferroviaire d'une région. La question de la sécurité se pose. Plus...

Les CFF peinent à réaliser leurs objectifs

Entreprises fédérales La situation financière de l'ex-régie fédérale reste un défi pour le gouvernement suisse. Plus...

Derrière l’hommage, les promesses de l'Union européenne

Tunnel du Gothard Angela Merkel, Matteo Renzi et François Hollande saluent cette Suisse où «le rêve européen a trouvé sa réalité». Une belle occasion de réchauffer des relations tendues. Plus...

«Le succès va dépendre des lois du marché»

Tunnel du Gothard Le nouveau tunnel permettra-t-il le transfert de la route vers le rail? L’analyse de Giuseppe Pini, de l’Observatoire universitaire de la mobilité de Lausanne et Genève. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.