«Nous avons fait un grand pas pour fermer Mühleberg»

NucléaireLe marchandage mené par les Forces motrices bernoises (FMB) pour les équipements de la centrale est un bon signe, estime le conseiller national Roger Nordmann.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les Forces motrices bernoises (FMB) envisagent de fermer la centrale nucléaire de Mühleberg en 2019. «Bonne nouvelle!», juge le conseiller national Roger Nordmann (PS/VD) qui a hâte de voir démanteler l'une des plus vieilles installations nucléaires du monde, construite en 1972.

Le marchandage à 400 millions que mènent les FMB sur les équipements de sécurité n'inquiète pas l'élu vaudois. Ces discussions sont liées à une motion que les Chambres fédérales ont adopté cette semaine: la Confédération offre des facilités de paiement aux exploitants qui débrancheront leurs installations atomiques avant terme. Un texte que Roger Nordmann a conçu. Explications.

24 heuresEn quoi le marchandage mené par les exploitants de Mühleberg avec l'Inspection fédérale de la sûreté nucléaire (IFSN) est-il un bon signe?

Roger Nordmann – L'IFSN juge que la centrale doit sérieusement revoir ses mesures de sécurité pour continuer l'exploitation au-delà de 2017. Quatre cents millions d'investissement sont nécessaires. Les FMB veulent aller jusqu'en 2019 mais sans investissement. C'est un marchandage normal et j'espère vivement que l'IFSN tiendra bon. Mais la nouvelle intéressante n'est pas là: elle réside dans le fait que les FMB se disent prêtes à stopper leur exploitation avant les cinquante ans de la centrale en 2022. Cela démontre que «ma» motion, que les chambres fédérales viennent d'accepter, a eu un effet.

Que change cette motion?

Je me suis aperçu que les exploitants cherchent à repousser la vie des centrales le plus longtemps possible pour les rentabiliser au maximum vu les frais énormes qu'engendrera le démantèlement des réacteurs. Si Mühleberg arrêtait tout de suite, les FMB devraient payer sans délai plus d'un demi-milliard. La nouvelle disposition offre aux exploitants un plan de paiement avec des échéances étalées. Concrètement, si les FMB stoppaient la centrale maintenant ils paieraient les mêmes échéances que s'ils arrêtaient en 2022.

Cela suffira-t-il pour faire stopper l'exploitation du réacteur?

C'est un bon pas et il sera peut-être décisif. Les FMB ont de la peine à vendre leur courant, vu la pression sur les prix. S'ils devaient investir 400 millions dans la sécurité, le prix de leur kilowattheure passerait peut-être de 7 centimes à 11 centimes, soit le double du prix européen. L'étalement des paiements offre une bouffée d'oxygène aux compagnies électriques. L'essentiel pour moi est qu'on parle maintenant d'un arrêt en 2019. Et en 2017, si l'IFSN tient bon.

Créé: 27.09.2013, 16h19

Roger Nordmann, conseiller national (PS/VD), spécialiste des questions énergétiques. (Image: Keystone )

Articles en relation

Marchandage à 400 millions pour fermer Mühleberg

Nucléaire Les Forces Motrices Bernoises (BKW FMB) se disent prêtes à débrancher leur centrale nucléaire de Mühleberg avant l'heure, soit en 2019 au lieu de 2026. Mais pas sans contrepartie. Plus...

La centrale de Mühleberg a redémarré

Energie Après quatre semaines de révision annuelle, de travaux de maintenance et de prévention, la centrale nucléaire de Mühleberg (BE) a redémarré. Plus...

La radioactivité en aval de Mühleberg sera mesurée

Centrale nucléaire L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) installera d'ici le printemps 2014 un système de mesures en continu de la radioactivité en aval de la centrale nucléaire de Mühleberg (BE). Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.