Passer au contenu principal

WEF 2020Malade, Greta fait faux bond à des scientifiques

La jeune militante suédoise devait participer avec des scientifiques, à Davos, au lancement d'une campagne contre les énergies non renouvelables.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a rencontré le président américain Donald Trump lundi à Davos. Elle a annoncé mercredi vouloir conclure rapidement un nouvel accord commercial avec Washington.
La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a rencontré le président américain Donald Trump lundi à Davos. Elle a annoncé mercredi vouloir conclure rapidement un nouvel accord commercial avec Washington.
Keystone
Le secrétaire d'Etat américain au Trésor Steven Mnuchin s'est montré dédaigneux envers la militante écologiste suédoise Greta Thunberg, l'appelant à «aller faire des études d'économie». (23 janvier 2020)
Le secrétaire d'Etat américain au Trésor Steven Mnuchin s'est montré dédaigneux envers la militante écologiste suédoise Greta Thunberg, l'appelant à «aller faire des études d'économie». (23 janvier 2020)
Keystone
Klaus Schwab, le fondateur et président du World Economic Forum, a dévoilé les grandes lignes de l'édition 2020, qui correspond au 50e anniversaire de l'institution. (19 janvier 2020)
Klaus Schwab, le fondateur et président du World Economic Forum, a dévoilé les grandes lignes de l'édition 2020, qui correspond au 50e anniversaire de l'institution. (19 janvier 2020)
Keystone
1 / 28

Greta Thunberg, malade, a dû faire faux bond à des scientifiques, à la veille du début du WEF à Davos (GR), pour une nouvelle campagne. Dévoilée lundi, celle-ci demande aux dirigeants de renoncer à subventionner les énergies non renouvelables.

Appelée «Unissez-vous derrière la science», cette nouvelle campagne a été lancée au camp de base arctique du Forum économique mondial (WEF), sur les hauteurs de la station grisonne. Annoncée, la jeune femme de 17 ans a renoncé «en raison de difficultés de calendrier», a expliqué dans la matinée une porte-parole de ces scientifiques. Avant qu'un porte-parole de la Suédoise explique à Keystone-ATS qu'elle est malade.

«Elle ne participera pas à d'autres événements aujourd'hui et se rétablit avant son discours demain», a-t-il ajouté lundi. La jeune activiste doit s'exprimer mardi à deux reprises au premier jour du WEF.

Soutien par un acteur américain

La nouvelle campagne veut mettre en avant des voix et des ressources pas suffisamment entendues. «Je ne veux pas que les dirigeants m'écoutent moi. Je veux que les dirigeants écoutent les scientifiques et qu'ils s'unissent derrière la science», affirme la Suédoise dans un communiqué. Dimanche, elle avait appelé sur les réseaux sociaux à éviter un «crime contre l'humanité».

Chaque décision politique, économique ou financière doit être prise pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C au total d'ici 2100, ont insisté les scientifiques. Outre Greta Thunberg, l'ancienne cheffe de la lutte pour le climat à l'ONU Christiana Figueres ou l'acteur américain Rainn Wilson soutiennent la nouvelle offensive.

Les scientifiques demandent aussi de mettre un terme à toute extension des carburants, investissements et subventions non renouvelables. Mais également de taxer la pollution plutôt que les revenus des individus.

Le charbon devra être abandonné d'ici 2030 dans les pays riches et d'ici 2040 dans tous les autres pays, insistent les responsables de la campagne. Egalement d'ici 2030, les moteurs à combustion interne ne devront plus être vendus et la moitié des zones terrestres devront être protégées.

Aide aux patrons et pour les dirigeants politiques

«Les scientifiques ont longtemps pensé que présenter simplement les dernières données et preuves du changement climatique convaincrait les dirigeants du besoin d'action», disent-ils. Mais au terme de la décennie la plus chaude jamais observée, «il est clair que les pires prévisions scientifiques sont devenues une réalité et deviennent pires encore». Et de mentionner notamment les récents incendies en Australie.

Le public doit comprendre les besoins scientifiques et mettre la pression sur leurs dirigeants pour une action adaptée, ajoutent-ils encore. La campagne lancée lundi doit s'adapter aux nouvelles données et urgences climatiques. «Nous ne pouvons plus accepter une action insuffisante», dit le fondateur du camp de base arctique, Gail Whiteman.

«Les fondations de notre transformation économique vers la neutralité carbone doivent être justes et établies selon la science», a expliqué de son côté Christiana Figueres. Selon elle, cette campagne va aider les patrons, les investisseurs et les responsables politiques.

Mardi, la randonnée pour le climat de Strike WEF doit arriver à Davos au terme de trois jours de marche et de débats. Les participants étaient plus de 1000 dimanche mais seuls 350 ont poursuivi lundi depuis Schiers, selon les organisateurs.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.