Le Groupe Mutuel se met à dos des parents

SuisseLa caisse d'assurances valaisanne ne propose plus le libre choix du pédiatre dans un modèle d'assurances.

Le Groupe Mutuel applique désormais strictement ses conditions générales.

Le Groupe Mutuel applique désormais strictement ses conditions générales. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La caisse d'assurances valaisanne Groupe Mutuel a irrité bon nombre de ses clients au sujet d'une clause chère au cœur des parents: celui du libre choix des pédiatres, raconte la Neue Zürcher Zeitung (NZZ) dans son édition du 29 novembre.

Des familles ont appris la nouvelle par une lettre envoyée à l'automne, qui leur demandait de choisir un pédiatre dans la liste du Groupe Mutuel. Et tant pis si le médecin attitré de leurs enfants n'y figurait pas. Mais la colère a explosé lorsque quelques jours plus tard, les familles ont reçu l'attestation d'assurances 2017, qui mentionnait bel et bien le libre choix du pédiatre.

La confusion règne donc autour du modèle BasicPlus, lancé en 2003 et qui s'articule sur le modèle du médecin de famille. En contre-partie de primes plus basses, les familles doivent se restreindre dans leur choix du docteur. Mais le Groupe Mutuel s'est longtemps montré «coulant» pour les enfants assurés, le porte-parole Christian Feldhausen évoquant une «exception tolérée».

L'OFSP en arrière-fond

Cette époque est désormais révolue et le Groupe Mutuel s'en tient désormais aux conditions de son contrat d'assurances. Ce retournement n'est sans doute pas étranger au fait que l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a décidé d'étudier de plus près les modèles bon marché des caisses maladie.

L'OFSP n'avait encore jamais enquêté sur le Groupe Mutuel. Mais son attitude a changé après la remarque d'un assuré qui a pointé du doigt la différence entre le certificat d'assurances et les conditions générales, explique la directrice du service de surveillance des assurances Helga Portmann.

«Nous étudions le dossier. Les deux documents doivent correspondre, tout comme doivent figurer sur l'attestation toute limitation à un modèle. Ce qui n'est visiblement pas le cas ici.»

Egalité de traitement

Christian Feldhausen explique que le Groupe Mutuel a été rendu sensible à ce fait par des contrôles internes. «Il est important d'assurer l'égalité de traitement pour tous les assurés, ainsi que la philosophie de traitement de notre modèle d'assurances BasicPlus», a-t-il déclaré. Il reconnaît que la formulation du certificat était «malheureuse».

La lettre d'information aux parents n'a visiblement pas bénéficié d'une meilleure approche. Elle présentait également des alternatives mais n'a pas proposé de solution d'assurances pour les parents qui voulaient garder leur pédiatre attitré, serait-ce au prix de quelques francs de plus par mois selon les cantons et la franchise choisie.

Des cantons sans pédiatres

La grogne est d'autant plus forte dans certains cantons que la liste de médecins reconnus par le Groupe Mutuel dans le cadre de BasicPlus ne comprenait aucun pédiatre. C'est le cas des Grisons, de Zoug, de Schwyz, d'Uri et des deux Appenzell, comme l'a révélé «Espresso», l'émission de consommation de la radio alémanique SRF.

«Nous regrettons les désagréments et gênes occasionnés à quelques parents», a déclaré Olivier Follonier, membre de la direction générale. Le groupe n'a enregistré que peu de résignations d'assurances après cet imbroglio, assure le porte-parole Christian Feldhausen. Certains parents ont confié au quotidien zurichois qu'ils étaient restés chez Groupe Mutuel, n'ayant pas trouvé d'offres meilleur marché ailleurs. «Même si cela nous laisse un petit arrière-goût», a ajouté un père.

Créé: 29.11.2016, 11h44

Articles en relation

Sanction confirmée contre le Groupe Mutuel

Suisse L'assureur n'a pas le droit d'acquérir de nouveaux portefeuilles de clients jusqu'à fin 2016. Plus...

Plainte pénale contre les ex-dirigeants du Groupe Mutuel

Valais Les anciens administrateurs du Groupe Mutuel font l'objet d'une plainte pénale de l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers. Plus...

Le Groupe Mutuel durement sanctionné par la FINMA

Suisse Selon la FINMA, le Groupe Mutuel a violé le droit de la surveillance dans le domaine de l'assurance complémentaire. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.