La guerre des concessions affole les acteurs du rail

Transports publicsLa compagnie BLS veut briser le monopole des CFF dans le trafic grande ligne. Quel impact aura le conflit?

BLS et les CFF se battent pour l'exploitation des lignes à grande distance. L’Office fédéral des transports devra trancher.

BLS et les CFF se battent pour l'exploitation des lignes à grande distance. L’Office fédéral des transports devra trancher. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le clash était programmé. Entre la compagnie BLS et les CFF, les tensions n’ont cessé de croître ces derniers mois. La première veut sa part du gâteau dans l’exploitation du trafic grandes lignes. Les deuxièmes n’ont pas l’intention de se laisser faire. L’enjeu est de taille, il se chiffre en millions.

Le conflit s’est cristallisé ce vendredi, délai fixé par l’Office fédéral des transports (OFT) pour les appels d’offres. Une grande partie des concessions expire en décembre et son renouvellement aiguise les appétits.

Premiers à avoir dégainé: les CFF. Ils militent pour le statu quo, à savoir le monopole pour le trafic grandes lignes. Et ce, pour quinze ans de plus. Pour amadouer l’OFT, l’ex-régie vante ses mérites et sort l’argument financier. «Les CFF seront en mesure de faire économiser près de 30 millions de francs à la Confédération et aux cantons.»

Trois heures plus tard, la réplique de BLS ne s’est pas fait attendre. La compagnie ferroviaire a beau être la deuxième du pays, elle sait qu’elle est David qui se frotte à Goliath. Mais elle tente sa chance et revendique l’exploitation de cinq lignes longue distance: Interlaken-Bâle, Brigue-Bâle, Berne-Olten, Bienne-Berne et Le Locle-Berne. Elle promet d’investir 495 millions et de créer 290 postes de travail. Et ajoute qu’il n’y aura aucun coût supplémentaire pour les collectivités.

Bien que les deux entreprises répètent qu’elles sont prêtes à collaborer, certaines déclarations montrent que les fronts sont figés. La preuve avec l’échec de la table ronde devant déboucher sur un compromis.

Cette foire d’empoigne, véritable «guerre des concessions», comme la nomme le SEV, inquiète. Pour le président du Syndicat du personnel ferroviaire, Giorgio Tuti, il s’agit d’une concurrence stérile. Pire, cette absence de collaboration entre les CFF et BLS prolonge le climat d’incertitude pour leurs employés respectifs. Il appelle Doris Leuthard à réagir «pour éviter le pire».

Un alarmisme que Robin Eymann, de la Fédération des consommateurs, ne partage pas. Refusant de prendre position pour l’une ou l’autre entreprise, il estime qu’il est sain d’avoir un débat. «La concession ne doit pas constituer une rente de situation. Les CFF doivent se battre. Cette concurrence permet d’inciter l’ex-régie à être plus efficiente pour présenter la meilleure offre pour l’usager.»

Un discours partagé à droite. «En mettant sous pression l’acteur principal, on fait sortir ses responsables de leur routine, analyse Olivier Français (PLR/VD). On les oblige à mener de nouvelles réflexions.» Et Manfred Buhler (UDC/BE) d’ajouter: «Swisscom aussi a dû affronter la concurrence. Les effets ont été positifs, sans que le service ne soit péjoré.»

A gauche, on avance plus prudemment sur ce dossier. Il y a quelques mois Claude Hêche (PS/JU) mettait en garde contre de grands bouleversements qui risquent de reporter des charges sur les cantons.

Des cantons très discrets sur ce dossier. La Conférence des directeurs cantonaux des Transports ne souhaite pas s’exprimer. Mais elle ajoute que les cantons allaient sans doute prendre position une fois que l’OFT aurait tranché.

D’ailleurs, sur quels critères, la décision se basera-t-elle? L’OFT donne trois critères: utilité pour les clients, contribution au perfectionnement du système des transports public et impact économique positif pour les pouvoirs publics.

Créé: 08.09.2017, 17h56

Articles en relation

Débat sous haute tension pour gérer les grandes lignes de train

Chemins de fer Les CFF exploitent les lignes à grande distance. BLS, la deuxième compagnie du pays, s’intéresse à ce marché. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.