Guerre d'influence valdo-genevoise au sein du groupe PLR

ElectionHugues Hiltpold et Olivier Feller briguent tous deux la vice-présidence de la députation libérale-radicale sous la Coupole.

Qui pour seconder le nouveau chef de groupe PLR Beat Walti? Hugues Hiltpold (GE) et Olivier Feller (VD)sont sur les rangs.

Qui pour seconder le nouveau chef de groupe PLR Beat Walti? Hugues Hiltpold (GE) et Olivier Feller (VD)sont sur les rangs. Image: GUINNARD/CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Si Vaud et Genève se serrent les coudes quand il faut défendre les intérêts de l’arc lémanique dans la Berne fédérale, l’union vole régulièrement en éclats lorsqu’il s’agit d’élire des personnalités politiques. Après la guerre qui a opposé tout l’été Isabelle Moret à Pierre Maudet dans la course au Conseil fédéral, voici la bagarre à laquelle Hugues Hiltpold (GE) et Olivier Feller (VD) se livrent pour la vice-présidence de la délégation PLR aux Chambres.

Le délai des candidatures a pris fin lundi soir et, à moins d’une surprise de dernière minute, les deux conseillers nationaux sont les seuls à s’être annoncés pour succéder à Beat Walti (ZH), désigné vendredi à la tête du groupe PLR. «Le nom du nouveau vice-président sera connu le 28 novembre», confirme Karine Barras, porte-parole du parti. Hugues Hiltpold aux États?

Les atouts

Sur le papier, les deux hommes ont toutes les qualités requises pour le poste. Conseiller national depuis dix ans, Hugues Hiltpold met en avant son expérience et son profil de rassembleur. Mais pas seulement. «Il y a un autre enjeu qui dépasse cette élection, précise le Genevois. Je souhaite me mettre à disposition de mon parti pour briguer le Conseil des États en 2019.» La droite genevoise est en effet exclue de la Chambre haute depuis des années. Cette fonction de vice-président pourrait permettre à Hugues Hiltpold de gagner en visibilité, et ainsi renforcer les chances du PLR romand d’avoir un nouveau sénateur.

Face à lui, Olivier Feller a six ans de Conseil national à son actif, et est l’actuel président du groupe latin. «Je souhaite m’engager dans la durée pour cette fonction, explique le Vaudois. Mon bilinguisme est un atout pour mettre en avant les revendications de la Suisse latine. Mon élection permettrait aussi une représentation équilibrée des cantons romands au sein du comité directeur.» Et de souligner que Genève, avec Christian Lüscher, et le Valais, avec Philippe Nantermod, sont déjà représentés avec chacun un vice-président de parti.

«Compétition saine»

Hugues Hiltpold face à Olivier Feller: un beau duel en perspective? Plutôt une belle foire d’empoigne dont le parti se serait bien passé, nous laisse entendre plusieurs PLR. Au sein de la députation romande, l’objectif était justement d’éviter une élection. «Pour ce genre de nomination, la tradition veut que les personnes intéressées se mettent d’accord et qu’une seule candidature soit proposée, reconnaît Laurent Wehr­li (PLR/VD). Il y a la tradition et la démocratie. Un vote sera de toute façon délicat.» En raison d’une représentation équitable, la fonction de vice-président devrait logiquement revenir à un Latin, puisque c’est un Alémanique qui occupe désormais la présidence du groupe. Avec des Romands qui ne s’entendent pas, le risque est donc que ce soient les Alémaniques – majoritaires – qui choisissent qui sera le nouveau vice-président.

«Ce n’est pas un problème, rétorque Christian Wasserfallen (PLR/BE). Nous sommes un mouvement libéral, et nous estimons que la compétition est saine. Je connais bien les deux candidats, ce sont deux personnes capables, intègres et qui comprennent bien les enjeux que requiert cette fonction. Si les Latins n’arrivent pas à sélectionner l’un des deux à l’interne, alors le groupe dans son entier tranchera.» Une perspective qui serait plutôt favorable à Olivier Feller, lui qui maîtrise le dialecte alémanique. Quelques coups de fil suffisent en revanche pour comprendre qu’Hugues Hiltpold pourrait compter sur le soutien d’une majorité de Romands – même de Vaudois – chez qui sa reconquête du Conseil des États séduit.

Le Genevois part-il avec une longueur d’avance avant la prochaine réunion des Latins le 27 novembre, veille de l’élection? Pas vraiment. «Le groupe latin n’est pas un organe officiel, il ne se prononcera donc pas sur ce choix», explique Karine Barras. En clair, il faudrait un désistement volontaire de l’un des candidats. Un tel retournement de situation est-il possible? «J’en doute, répond un élu. Lors de notre dernière réunion, les deux hommes étaient loin de se mettre d’accord.» Assiste-t-on à une guerre valdo-genevoise? «Non, c’est un problème de personnes.» Vendredi, c’est sous les acclamations que Beat Walti était officiellement désigné à la tête du groupe PLR. Le successeur d’Ignazio Cassis – seul à briguer le poste – se doutait-il alors que son premier défi serait de dénouer cette guéguerre des Romands qui cherchent à le seconder? (24 heures)

Créé: 21.11.2017, 06h48

Articles en relation

Les Romands renoncent à la présidence du groupe UDC

Succession Trois Alémaniques briguent le poste de numéro 2 du parti. Le favori Thomas Aeschi, proche de Blocher, est contesté. Plus...

Les Romands convoitent la présidence du groupe UDC

Suisse Les élus latins vont se réunir fin octobre pour définir la meilleure stratégie à adopter pour peser de tout leur poids sur l’élection. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...