Guy Parmelin dévoile son plan d’attaque

Avions de combatLe but du ministre de la Défense est clair: convaincre le Parlement et le peuple d’investir huit milliards pour la défense aérienne.

Guy Parmelin, ministre de la Défense Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Guy Parmelin doit réussir là où Ueli Maurer a échoué: acquérir un nouvel avion de combat. «Il en va des gens qui vivent et travaillent en Suisse, et de leur sécurité», a-t-il lancé mercredi lors d’une nouvelle conférence de presse qui ressemblait fort à un lancement de campagne.

La tâche du ministre de la Défense n’est pas facile. Il doit convaincre le parlement, mais également le peuple de le suivre dans un projet à 8 milliards qui comprend une nouvelle flotte aérienne, mais aussi un nouveau système sol-air. Un défi à relever en cinq étapes.

Le dangereux précédent
La Suisse ne connaît pas de référendum financier et pourtant le peuple devrait voter sur les 8 milliards dévolus à la défense aérienne. Pour réussir ce tour de passe-passe, Guy Parmelin propose un arrêté de planification. Cette option – qui n’a encore jamais été utilisée en politique suisse – a l’avantage d’être attaquable par référendum. À voir si les différents milieux entendus dans le cadre de la consultation sont séduits. La procédure court jusqu’au 22 septembre. Le message sera rédigé dans la foulée.

L’écueil du parlement
Les Chambres devraient s’emparer du projet début 2019. Ce qui marquera le vrai début de la bataille politique. Une véritable épreuve de force. Les Verts et le Parti socialiste n’acceptent pas l’idée d’un chèque en blanc. L’arrêté ne dit en effet rien sur le nombre d’avions ou le type d’appareils pour la défense sol-air, mais parle de critères à respecter. Il précise surtout que le gouvernement est chargé de planifier le renouvellement des moyens de protection de l’espace aérien. L’horizon est fixé à 2030 et le coût ne doit pas dépasser 8 milliards. Pour l’emporter, Guy Parmelin devra fédérer les partis bourgeois. En cas de non, le ministre de la Défense n’a pas de plan B. «Je refuse de faire de la politique-fiction.»

La guerre des fabricants
Les discussions avec les fabricants ont déjà commencé. «Des premiers appels d’offres seront lancés en juillet», a précisé Guy Parmelin. Cinq jets seront évalués: le Gripen E du suédois Saab, le Rafale du français Dassault et l’européen Eurofighter. S’y ajoutent deux avions américains: le successeur du F/A-18, le Super Hornet de Boeing, et le F-35A de Lockheed-Martin. Entre 30 et 40 appareils devraient être achetés. Le nombre dépendra du potentiel du système de défense sol-air. Pour ce dernier achat, trois fabricants sont en course: un israélien, un américain et un français. À noter que toutes les entreprises étrangères avec lesquelles des contrats seront signés devront compenser 100% de la valeur des contrats avec des sociétés suisses. Un véritable panier de crabes, tant les enjeux sont importants en termes financiers.

Le couperet du peuple
C’est dans les urnes qu’Ueli Maurer avait mangé son pain noir. À l’issue d’une campagne difficile, le Zurichois n’avait pas réussi à convaincre avec le Gripen. Guy Parmelin veut l’emporter en déplaçant l’enjeu du scrutin. Il ne sera plus question d’un type d’avion, mais du maintien ou non d’une défense aérienne en Suisse. Ce quitte ou double est risqué. En refusant la RIE III ou Prévoyance 2020, les Suisses ont montré qu’ils n’aimaient pas les gros paquets. Le Vaudois peut toutefois se raccrocher au fait que les Suisses soutiennent en général largement les objets militaires. Le scrutin est prévu pour début 2020.

Une suite incertaine
Si tout se passe comme prévu, les premiers contrats devraient pouvoir être signés fin 2022, début 2023. Quant aux premières livraisons, elles sont prévues en 2025. À moins que les milieux antimilitaristes ne décident de lancer une initiative populaire qui pourrait bloquer tout le processus. De quoi mettre une embûche de plus sur le chemin de Guy Parmelin. (24 heures)

Créé: 23.05.2018, 22h20

Articles en relation

L’hyper communication militaire de Guy Parmelin détonne et divise

Armée Le ministre de la Défense a fait de la transparence sa marque de fabrique. Une stratégie à double tranchant, préviennent les élus. Plus...

Parmelin joue à quitte ou double avec les avions

Défense aérienne Un vote de principe aura lieu en 2020 sur les jets de combats mais pas sur le type. Les turbulences commencent déjà. Plus...

«Il est question de la survie de l’armée»

Interview Comment Guy Parmelin défend un investissement de 8 milliards pour la défense aérienne et le milliard promis à la candidature olympique de Sion 2026. Plus...

Guy Parmelin fait du tri pour alléger la facture de l’armée

Matériel militaire Avions, lance-mines et autres chars en bout de course n’ont plus leur place dans le dispositif actuel. Ils partiront à la vente ou à la casse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 11 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...