Guy Parmelin fait du tri pour alléger la facture de l’armée

Matériel militaireAvions, lance-mines et autres chars en bout de course n’ont plus leur place dans le dispositif actuel. Ils partiront à la vente ou à la casse.

Guy Parmelin, ministre de la Défense.

Guy Parmelin, ministre de la Défense. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ça ressemble à un grand nettoyage de printemps. Mardi, Guy Parmelin détaillera le message sur l’armée 2018 qu’il a transmis au parlement. Pour la première fois, il contient un arrêté sur la mise hors service de système d’arme. En clair, le ministre de la Défense veut se débarrasser du matériel obsolète.

Double objectif

Il est ainsi prévu de vendre 27 avions de combat, ce qui représente la moitié de la flotte des Tiger. Mais aussi l’artillerie de forteresse, qui remonte en partie à la guerre froide. Le Conseil fédéral veut aussi se séparer d’obusiers blindés, des véhicules de transports à chenilles ainsi que des chasseurs de chars.

L’objectif est double. «Les coûts des mises hors service peuvent être en grande partie couverts par les recettes escomptées des liquidations. En outre, les charges d’exploitation annuelles diminueront de 5,5 millions. Ces économies sont nécessaires pour libérer des moyens pour les investissements», précise le Département de la défense. Des sommes qui restent toutefois dérisoires par rapport au budget de l’armée (5 milliards par année).

«Les charges d’exploitation annuelles diminueront de 5,5 millions. Ces économies sont nécessaires pour libérer des moyens pour les investissements»

Mais attention, n’importe quel quidam ne pourra pas acquérir un jet ou un canon. «Les conditions du pays d’origine et les prescriptions de la loi sur le matériel de guerre devront être observées», précise Fabian Maienfisch, porte-parole au Secrétariat d’État à l’économie. En clair, pas de vente à des pays engagés dans des conflits armés.

A-t-on une idée des acquéreurs potentiels? Qui pourrait par exemple s’intéresser à acheter une vingtaine de Tiger? «Des négociations sont en cours, répond prudemment Daniel Reist, porte-parole de l’armée. Rien n’est encore officiel.» Ce que l’on sait déjà, c’est que certains véhicules seront destinés à des collections historiques, à l’image de huit chasseurs de chars.

Cantons sur les rangs?

Les privés, eux, pourraient se rabattre sur l’artillerie de forteresse. «Les canons et les lance-mines ainsi que les infrastructures associées doivent être soit vendus, soit vidés et fermés, explique le Département de la défense. Une partie des infrastructures peut être réaffectée. Si la Confédération n’en veut pas, elles pourront être mises en vente.» Cantons, communes ou sociétés historiques pourraient se porter acquéreurs.

Des associations et fondations consacrées aux fortifications se sont déjà dites intéressées par une éventuelle reprise des lance-mines. «C’est une occasion unique», reconnaît Jean-Pierre Salamin, président de Pro-Forteresse, une association qui bichonne les forts de la région du Grand-Saint-Bernard. «Reste à savoir le prix. L’entretien coûte très cher.» Et d’espérer une reprise à 1 franc symbolique. Pas de quoi renflouer les caisses de l’armée. (24 heures)

Créé: 16.03.2018, 17h53

Le matériel militaire

Avions de combat




À vendre
27 des 53 avions de type F-5 Tiger.
Raison
Ce type d’avion est devenu obsolète. La faiblesse de son radar et de son armement ne lui permet plus que d’effectuer des missions de jour et par bonne visibilité.
Mise hors-service
À partir de 2019
Économie
600 000 fr. par année.
Particularité
Le reste de la flotte servira en partie pour la police aérienne ou servira «de cible» lors d’exercices. Onze Tiger restent aussi à disposition de la Patrouille suisse.

Artillerie de forteresse




À vendre
650 objets comme des lance-mines, des abris, des câbles, etc.
Raison
L’artillerie de forteresse était axée sur la menace liée à la guerre froide. La situation ayant changé, elle a perdu en importance pour l’armée et la politique de sécurité. La défense repose désormais sur des forces mobiles.
Mise hors-service
Dès 2019 et jusqu’à 2024
Économie
Environ 1.5 million par année.
Particularité
Depuis 2012, plus aucune troupe n’est en mesure d’assurer le fonctionnement de l’artillerie de forteresse.

Obusiers blindés




À vendre
162 obusiers blindés et 58 véhicules de transports à chenilles.
Raison
Entre 1968 et 1988, l’armée a acquis plusieurs centaines de ces véhicules. Plus de la moitié a déjà été vendue ou a été éliminée. L’armée n’en a plus l’utilité.
Mise hors-service
Dès 2019 et jusqu’à 2021
Économie
Environ 900 000 fr. par année.
Particularité
Avant la vente, certains éléments seront prélevés afin de servir de pièces de rechange. En cas d’élimination, un maximum de matières premières sera réutilisé.


Chasseurs de chars




À éliminer
106 chasseurs de chars avec missiles et simulateur de tir.
Raison
Après 30 ans d’engagement, ces véhicules arrivent en fin de vie. De plus, il devient toujours plus difficile de trouver des pièces de rechange.
Mise hors-service
À partir de 2023.
Économie
L’élimination coûtera 5,5 millions. Elle sera compensée par des économies de 2,5 millions annuels réalisés sur l’exploitation, la maintenance ou les munitions.
Particularité
Huit véhicules iront à des collections historiques.


Articles en relation

Parmelin joue à quitte ou double avec les avions

Défense aérienne Un vote de principe aura lieu en 2020 sur les jets de combats mais pas sur le type. Les turbulences commencent déjà. Plus...

Parmelin abat le cyber-commandement en vol

Cyberdéfense Le chef du Département militaire a retourné le parlement. Il n’y aura pas d’école de recrues cyber, ni de cyberbataillon. Plus...

«Il est question de la survie de l’armée»

Interview Comment Guy Parmelin défend un investissement de 8 milliards pour la défense aérienne et le milliard promis à la candidature olympique de Sion 2026. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 septembre 2018.
(Image: Valott) Plus...