Passer au contenu principal

Hans Bühler, le vendeur de Crypto piégé en Iran et pour le restant de sa vie

C'est l'histoire tragique de l'ingénieur de Crypto AG qui a toujours affirmé ne pas savoir que sa firme travaillait pour les services de renseignement allemands et américains. Il était devenu un témoin gênant.

Le représentant de Crypto AG Hans Bühler (à gauche) est resté retenu en Iran durant plus de neuf mois. Il ne savait pas que la CIA avait trafiqué les appareils qu'il vendait à Téhéran.
Le représentant de Crypto AG Hans Bühler (à gauche) est resté retenu en Iran durant plus de neuf mois. Il ne savait pas que la CIA avait trafiqué les appareils qu'il vendait à Téhéran.
Keystone

Pendant vingt-cinq ans, Hans Bühler s'est battu pour que son histoire soit tirée au clair. L’ingénieur commercial zurichois est décédé il y a un an et demi, après une brève et grave maladie. Le fait qu'il n'ait jamais su avec certitude ce qui s’était vraiment passé fait partie de la tragédie de sa propre histoire. En mars 1992, il avait été arrêté à Téhéran alors qu'il se rendait en Iran pour la société Crypto AG, basée à Zoug, afin de vendre un système de cryptage suisse à l'armée et à la direction de la police. Cette technologie «de haute qualité» permettait de transmettre des messages secrets par fax ou par téléphone de manière sécurisée… en apparence.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.