Hanspeter Thür s'inquiète du boom de la surveillance

Vie privéeLe Préposé fédéral à la protection des données s'inquiète des dérives liées à la surveillance et propose une révision de la loi pour protéger la sphère privée.

Hanspeter Thür souhaite réviser la loi pour une meilleure protection de la sphère privée.

Hanspeter Thür souhaite réviser la loi pour une meilleure protection de la sphère privée. Image: (photo d'archives)/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le progrès technologique fait peser une menace grandissante sur la sphère privée des gens. Le Préposé fédéral à la protection des données s'inquiète des dérives. Pour lui, une révision de la loi s'impose d'urgence, car le droit constitutionnel à la protection de la vie privée est menacé.

«L'homme transparent n'est plus une chimère, c'est une réalité, depuis longtemps», constate le Préposé fédéral Hanspeter Thür dans son rapport d'activités publié lundi. Pour lui, la numérisation de notre environnement impose une conséquence inéluctable: toute donnée est accessible tôt ou tard, que nous le voulions ou non.

Les révélations d'Edward Snowden sur la surveillance massive d'Internet pratiqué par l'agence américaine de renseignements NSA ont provoqué une vague d'indignation. «Nous devons accorder une attention majeure aux outils de surveillance et réfléchir aux contre-stratégies possibles», exige Hanspeter Thür.

Le préposé fustige ainsi le projet de loi visant à augmenter l'accessibilité des données pour le service de renseignement helvétique. La compétence d'intervenir dans les réseaux et systèmes informatiques afin de perturber, d'empêcher ou ralentir l'accès aux informations est «particulièrement délicate».

Commerce à l'index

Autre épine dans le pied du protecteur des données, les systèmes de localisation de personnes utilisés dans le commerce de détail, notamment aux Etats-Unis. Ils permettent d'observer les clients de manière automatisée, par exemple moyennant la reconnaissance faciale, et d'analyser leur comportement.

Les résultats servent entre autres à optimiser l'emplacement des espaces publicitaires. Mais ces systèmes posent problème du point de vue de la protection des données car ils sont généralement mis en place à l'insu des clients. En Suisse, aucun cas concret n'a encore été découvert, d'après Hanspeter Thür.

De plus en plus d'appareils ménagers et autres équipements techniques fonctionnent en réseau, souvent à l'insu de leur propriétaire. Ces objets envoient discrètement des données à leurs fabricants, qui les transmettent à leur tous à des tiers. C'est ainsi que les téléviseurs informent les chaînes que tel téléspectateur change de canal.

Risques de recoupements

Des montagnes de données recueillies, appelées aussi «big data», continuent de croître et permettent aux acteurs économiques d'enquêter sur chaque individu, jusque dans le moindre détail, sur ses préférences, ses caractéristiques, ses forces et ses faiblesses.

Ce développement implique une mise en danger massive de la vie privée. Et Hanspeter Thür de s'étonner de la grande indifférence avec laquelle citoyens et politiques tolèrent ce scandale. Les «big data» peuvent avoir des conséquences dangereuses en menant à des conclusions hâtives sur une personne par le biais de recoupements de données, a-t-il affirmé devant la presse.

Il n'existe aujourd'hui aucun concept fiable pour répondre à ce défi. Une révision de la loi sur la protection des données s'impose car l'utilisation des «big data» remet en question les dispositions actuelles. Une chose est sûre aux yeux de Hanspeter Thür: «si les politiques ne réagissent pas rapidement, le droit constitutionnel à la protection de la vie priée est menacé dans sa substance même».

Transparence en cause

Au chapitre de l'administration, le préposé s'inquiète des tentatives de contourner ou de se défaire de la loi sur la transparence. Des unités administratives entières, telles le service des renseignements, demandent même à être exclues du champ d'application.

Pourtant, la loi a pour but de rendre l'activité de l'administration plus transparente aux yeux des citoyens contribuables. C'est grâce à ses dispositions que l'affaire de corruption au Secrétariat d'Etat à l'économie SECO a éclaté au grand jour, a rappelé Hanspeter Thür. (ats/nxp)

Créé: 30.06.2014, 11h32

Articles en relation

«Les cybercriminels sont clairement en avance sur les pros de la sécurité»

Internet Ancien directeur technique à l'Agence nationale de la sécurité américaine (NSA), Brian Snow s'est rendu à l'EPFL au début du mois dans le cadre d'un workshop sur les cyber risques et la sécurité de l'information. Interview. Plus...

Snowden a demandé l'asile au Brésil

Espionnage Edward Snowden affirme avoir transmis une demande formelle d'asile au Brésil, dans une interview à la chaîne de télévision brésilienne Globo diffusée dimanche soir. Plus...

La Chambre des représentants vote contre la NSA

Etats-Unis Les représentants ont voté par 293 voix contre 123 en faveur d'un amendement qui limite les pouvoirs de l'agence de surveillance américaine. Plus...

L'affaire Snowden a terni l'image des USA

Anniversaire Opinion publique choquée, alliés ulcérés: un an après, les révélations de Edward Snowden sur les programmes de la NSA ont terni l'image des Etats-Unis. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...