Heinz Brand, l’homme qui monte au sein de l’UDC

PortraitSpécialiste des migrations de par son ancien job, le nouveau président de la faîtère des assureurs Santésuisse n’exclut pas d’être candidat au Conseil fédéral

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Il ne faut jamais dire jamais.» On dirait le titre d’un film de James Bond. En fait, c’est la réponse du conseiller national UDC grison Heinz Brand à la question devenue rituelle dans ce parti: est-il intéressé par une candidature au Conseil fédéral? Une question très sérieuse, d’ailleurs, car alors qu’il effectue son premier mandat, l’homme a rapidement fait son trou sous la Coupole fédérale.

Il faut dire que Heinz Brand a démarré avec un avantage certain sur ses collègues néophytes. Il a été longtemps haut fonctionnaire dans l’Administration cantonale grisonne, et notamment responsable des dossiers liés à l’asile. Cela lui donne une connaissance pratique que peu de gens possèdent au parlement. Il a d’ailleurs défrayé la chronique ce week-end en proposant une admission provisoire pour les réfugiés syriens.

Courtois et réfléchi

«C’est un type courtois, intelligent et réfléchi.» Le compliment ne vient pas des bancs de l’UDC, mais de la conseillère nationale socialiste Cesla Amarelle. Elle ajoute cependant: «Mais ses idées me révulsent. C’est un vrai hard liner concernant l’asile. Il s’est battu pour que les déserteurs Erythréens n’obtiennent pas l’asile.»

Cet avis est aussi partagé par le conseiller national Vert Ueli Leuenberger. «Je suis étonné qu’il se montre aussi dur alors qu’il sait très bien, vu sa connaissance de la pratique, que certaines mesures sont tout simplement inapplicables. Heureusement, son pragmatisme a repris le dessus avec sa proposition d’admission provisoire des réfugiés syriens. Cela permettrait d’éviter toute une bureaucratie inutile.»

Un dur de dur?

Heinz Brand, dont le nom de famille signifie «incendie» en français, est-il un dur de dur? «Je me bats pour mes idées. Ce que certains appellent un «durcissement» de l’asile est pour moi une «amélioration». Je place le droit national au-dessus d’une extension incontrôlée du droit international. La volonté du peuple suisse est au sommet des priorités.»

A droite, la conseillère nationale PLR Isabelle Moret apprécie son pragmatisme. «Ce n’est pas un UDC de base qui recrache les théories de son parti. Quand arrivent des propositions farfelues et exagérées issues de ses rangs, il recadre la discussion en voyant tout de suite où est le problème.»

La filière grisonne

Au début de cette année 2015, Monsieur Migration UDC a ajouté une nouvelle corde à son arc. Profitant de la «Grisons Connection», il a succédé à son «compatriote» Christoffel Brändli à la présidence de SantéSuisse. L‘association faîtière des assureurs, même si elle n’a plus la même force de frappe après la dissidence de plusieurs caisses maladie, reste une jolie tribune médiatique. Utile en cas de candidature au Conseil fédéral, lui qui a échoué à être élu au gouvernement grison en 2014.

Pas de tabou

Mais osera-t-il s’attaquer au siège de la Grisonne Eveline Widmer-Schlumpf? «Il n’y a pas de tabou, répond-il tranquillement. La question est de savoir si j’ai la moindre chance quand on sait que la majorité des partis ne veulent pas accorder un second siège à l’UDC.» Il pourrait donc attendre sagement son heure, alors que les médias citent les noms de ses collègues Parmelin, Aeschi ou Rösti.

Heinz Brand a-t-il le profil d’un conseiller fédéral? Quand on interroge les élus, la réponse sarcastique donne à peu près ceci: «Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois.» (24 heures)

Créé: 09.01.2015, 11h17

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.