Passer au contenu principal

Les hommes rechignent au ménage et à l’éducation

La répartition des tâches reste très inégalitaire dans le couple. Elle repose sur un idéal de la famille encore traditionnel.

Les tâches ménagères sont encore, en majorité, l’affaire des femmes. Il en va de même pour l’éducation des enfants. Cette répartition inégalitaire des tâches trouve d’ailleurs son ancrage dans des schémas de pensée traditionnels. Tels sont les résultats d’une enquête sur les familles réalisée à Genève et dans le reste du pays. Publiée aujourd’hui par l’Office cantonal de la statistique, elle sera renouvelée tous les cinq ans, histoire d’observer dans quelle direction la situation évolue.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.