Passer au contenu principal

Pour les hôpitaux, la crise sanitaire est aussi financière

Les établissements de soins font face à des frais inédits. Et comme les interventions non indispensables ont été retardées, ils ont aussi un manque à gagner.

Pour faire face à la crise, tout le monde s’est mobilisé, dans le privé comme dans le public, et cela a un coût.
Pour faire face à la crise, tout le monde s’est mobilisé, dans le privé comme dans le public, et cela a un coût.
Keystone

Aux Hôpitaux universitaires de Genève, il a fallu acheter des lits, du matériel de protection pour le personnel, les visiteurs, les patients et les bénévoles, des respirateurs, des pousse-seringues ou encore installer une tente et transformer une aula en centre de dépistage… Selon Brigitte Rorive Feytmans, directrice financière des HUG, tout cela a déjà coûté 15 millions de francs. «Et cela n’entrera pas dans le remboursement prévu par les DRG (ndlr: le système tarifaire pour les soins hospitaliers)», précise-t-elle.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.