Huit licenciements chez Skyguide

Genève / ZurichL'entreprise invoque des hausses de coûts du personnel pour justifier cette mesure. Les syndicats menacent de paralyser l'activité.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Skyguide a prononcé huit licenciements, trois à Genève et cinq à Zurich, a-t-on appris mercredi. Réagissant à cette mesure, les syndicats estiment ne pas avoir été écoutés et envisagent des mouvements sociaux si la société ne revient pas sur cette mesure.

Dans une note interne transmise mardi à tous les collaborateurs, la société nationale de contrôle aérien justifie sa décision par la hausse des coûts en matière de personnel.

Toutefois, selon les syndicats, c'est une directive européenne qui ne s'appliquera que dans neuf ans qui serait à l'origine de cette préoccupation. La suppression de treize postes, dont huit par voie de licenciement, permettra d'économiser 1,2 million de francs.

Skyguide, entreprise de droit privé dont l'actionnaire quasi unique est la Confédération, a écarté une externalisation du secteur «Administratif, opérationnel et technique» (AOT) où se portent les efforts. Les contrôleurs aériens ne sont pas concernés par les mesures prises.

Les représentants du syndicat indépendant du trafic aérien et du syndicat des services publics (SSP) se sont étonnés, mercredi à Genève, devant la presse, que ces mesures d'économies d'une entreprise qui fait du profit visent les plus bas salaires. Selon les syndicats, le nombre de cadres a progressé en dix ans de 120%, contre 3% pour l'augmentation des autres collaborateurs.

Renégociation de la CCT

Il s'agit d'un mauvais signal au moment où la convention collective de travail (CCT) du secteur AOT est renégociée, selon le secrétaire syndical du SSP dans ce dossier, Jamshid Pouranpir.

Au total, selon un rapport parlementaire de 2013 cité par les deux institutions, la masse salariale représente moins de 50% du chiffre d'affaires. De son côté, l'entreprise parle de 70%.

Mais, au-delà, les syndicats dénoncent le comportement de l'entreprise qui n'a pas pris en compte les mesures alternatives qu'ils lui avaient soumises. A Genève, «on est à un tournant. Jusqu'à présent, seules des entreprises privées avaient été pointées du doigt pour la sous-enchère salariale dans la zone aéroportuaire», a estimé le député et avocat Christian Dandrès, qui conseille l'intersyndicale.

Autorités visées

Selon lui, «la crédibilité des autorités fédérales et cantonales est mise à mal» dans la lutte contre ces pratiques.

L'intersyndicale suggère de favoriser les retraites anticipées et les temps partiels, le gel des embauches externes et les reclassements internes, le non-renouvellement de mandats aux retraités, le non-remplacement des départs de cadres. Elle propose aussi le gel du remplacement du mobilier, la suspension de subventions ou encore la généralisation de la part variable des salaires en temps plutôt qu'en argent.

Mais la direction de Skyguide est restée sur ses positions. Si aucune négociation ne reprend, des mouvements sociaux qui pourraient «paralyser tout ou partie de l'activité» seront envisagés, selon le secrétaire syndical du Si-TrA, Yves Mugny. (ats/nxp)

Créé: 25.11.2015, 12h55

Articles en relation

Skyguide est satisfait de son année 2014

Trafic aérien La sécurité et la ponctualité ont été assurées dans l'espace aérien helvétique par la société suisse de contrôle. Elle a pu réduire une partie de son déficit. Plus...

Skyguide change de patron

Navigation aérienne Le dirigeant du constructeur de machines spéciales Aebi Schmidt, Walter Vogel, reprendra les rênes du service de la navigation aérienne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.