«L'hygiénisme antitabac est une pollution comme une autre»

Marc BonnantNon à l'interdiction totale de fumer! L'avocat genevois Marc Bonnant lance un plaidoyer contre le principe de précaution à outrance et la guerre faite au tabac.

Fumeur lui-même, Marc Bonnant rejette ce genre de lois liberticides.

Fumeur lui-même, Marc Bonnant rejette ce genre de lois liberticides. Image: /AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un comité rassemblant plusieurs partis a lancé ce matin à Berne sa campagne contre un durcissement des lois antitabac. Dans le collimateur, l'initiative populaire «Protection contre le tabagisme passif» sur laquelle les Suisses voteront le 23 septembre. Mais aussi la nouvelle initiative du genevois Jean Barth, qui irait jusqu'à décréter des interdictions de fumer en plein air.

L'avocat genevois Marc Bonnant, fumeur lui-même, est un sympathisant de cette lutte. L'ancien bâtonnier rejette ce genre de lois liberticides et fustige ceux qu'il nomme «les hygiénistes.» Interview.

Admettez-vous que la fumée passive présente des risques pour la santé?

Marc Bonnant: D'abord personne n’est tout à fait d’accord sur le risque que présente la fumée passive. Ni sur le lien de causalité entre le tabac et le cancer. Des chiffres immenses sont de temps en temps aventurés, d’autres sont plus tempérés. J’observe qu’il subsiste un grand flou scientifique.

Cela ne signifie pas qu’il ne faut pas être préventif. Je ne suis pas favorable au principe de précaution de manière générale, mais on peut comprendre que dans certains esprits soucieux de sécurité et veillant au bien d’autrui - alors que rien ne leur demandé - tout cela soit une chose importante.

N'est-ce pas légitime de vouloir protéger autrui?

Dans ce cas cela devient une chose obsessionnelle. Apparemment, à entendre l’initiant genevois (Jean Barth, n.d.l.r.) et quelques autres de la même veine, la seule chose dont les gens périssent aujourd’hui, c’est le tabac. Et donc il leur faut livrer une lutte sans merci contre la fumée, les fumeurs, le tabagisme. Hier c’était dans les lieux publics, ils ont obtenu gain de cause. Maintenant c’est en plein air. Tout cela me paraît absurde, comme tous les excès.

Je rejette donc violemment ces initiatives. Je rejette aussi l’état d’esprit dont elles procèdent, cet hygiénisme pathologique focalisé sur le seul tabac, alors que mille autres choses nous souillent et de manière infiniment plus importante, notamment la bêtise.

A quoi attribuez-vous cette vindicte publique antitabac?

Collectivement on doit toujours faire le choix d’un ennemi, c’est une nécessité sociologique. Il peut s’agir d’un événement particulier, d’une mode, d’une pratique. On a besoin de rassembler autour d’une désignation vindicative. La haine soude. La désignation d’un ennemi a quelque chose de bienfaisant car on se reconnait comme ceux qui affrontent le mal. Alors voilà, on maudit le tabac, on aurait pu choisir l’alcool, le sexe, la pollution des voitures, celle des usines.

Je comprends, mais cette idée qu’il ne faudrait mourir de rien me semble être un peu saugrenue. Ce qui est amusant, c'est de voir à quel point les esprits dociles s’alignent: il suffit de leur désigner un mal que l’on veut absolu et ils se mobilisent. C'est une sorte de servilité de l'intelligence, sans qu'il y ait réflexion à aucun moment sur la liberté de chacun à choisir sa vie, y compris ses dépendances, y compris sa mort.

Pensez-vous que l'Etat ne devrait pas légiférer sur la question?

L’Etat n'a pas à se mêler de notre manière de vivre. A partir du moment où nous sommes entre adultes consentants, je ne vois pas à quel titre on viendrait m’interdire de fumer avec des gens de bonne compagnie qui sont d’accord de prendre le risque inhérent à cela. Ce que je crains derrière ce type d’initiatives, c’est précisément le pouvoir que l’on donne à l’Etat. Personnellement et par sensibilité je voudrais qu’on lui retranchât presque tous les pouvoirs, mais cela, c’est mon côté anarchiste de droite, sans aucun doute.

L’idée que l’Etat se mêle de la manière dont je dois vivre, dont je dois manger, dont je dois fumer ou pas, bref qu'il s’en prenne à ma liberté, sous prétexte d’un bien supérieur qu’il définirait à ma place, c’est une chose qui philosophiquement m'est insupportable.

Pour vous, lutter contre ces initiatives, c'est donc faire acte de salubrité?

Oui, car l’hygiénisme est une pollution comme une autre. A ceux qui ont cette vision-là du monde, à ceux qui veulent faire intervenir l’autorité dans l’organisation intime de nos vies, je leur dis:«Vous me polluez par vos initiatives et je vous combattrai avec la même raideur.»

Que faites-vous de l’odeur du tabac, qui incommode beaucoup de gens?

Je connais des odeurs infiniment plus détestables. Je ne sais pas s’il vous arrive de prendre les transports publics, moi cela m’arrive, à la suite d’un malentendu ou pour faire une sorte d’expérience ethnologique. Je vous assure qu’il y a des odeurs lourdes qui ne tiennent pas au tabac, qui tiennent simplement au fait que l’être humain, hélas, a des sécrétions et des excrétions. Moi, cela m’insupporte infiniment plus que l’odeur d’un cigare cubain.

Créé: 06.07.2012, 16h33

Articles en relation

L'interdiction de fumer fait tousser les partis bourgeois

Initiative L'interdiction de fumer prônée par l'initiative en votation le 23 septembre n'aurait d'autre objectif à terme que la prohibition, selon ses opposants. Un comité de droite a lancé vendredi la campagne en faveur du «non». Plus...

Trois objets dans les urnes le 23 septembre

Votations fédérales Les Suisses devront se prononcer sur les initiatives «Protection contre le tabagisme passif» et «Sécurité du logement à la retraite», ainsi que sur un article sur la promotion de la formation musicale des jeunes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.