L’idée d’un ticket «femmes» progresse au sein du PDC

Succession LeuthardHeidi Z’graggen séduit, quand Peter Hegglin déçoit. L’Uranaise pourrait doubler le Zougois et défier Viola Amherd en finale.

La conseillère d’État uranaise, Heidi Z’graggen (à gauche) peut-elle devancer le seul candidat masculin encore en course? La vice-présidente du groupe PDC, Viola Amherd (à droite), semble quant à elle assurée d'être sur le ticket.

La conseillère d’État uranaise, Heidi Z’graggen (à gauche) peut-elle devancer le seul candidat masculin encore en course? La vice-présidente du groupe PDC, Viola Amherd (à droite), semble quant à elle assurée d'être sur le ticket. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

S’il y a un parti à qui on ne peut pas faire la morale sur la représentation des femmes au Conseil fédéral, c’est bien le PDC. Voilà douze ans que son unique siège est occupé par Doris Leuthard. Or les démocrates-chrétiens pourraient bien lancer un ticket 100% féminin pour succéder à l’Argovienne. La décision tombera ce vendredi, à l’issue des auditions par le groupe PDC. Les parlementaires devront dire qui de Viola Amherd (VS), Heidi Z’graggen (UR), Elisabeth Schneider-Schneiter (BS) ou Peter Hegglin (ZG) ils envoient dans le sprint final.

«Ce n’est pas une question de quotas. Nos candidates ont les compétences»

«Je pense vraiment qu’on peut retenir uniquement des femmes sur le ticket, réagit la conseillère nationale Christine Bulliard-Marbach (PDC/FR). Pas pour des raisons de quotas, mais parce que les compétences sont là. Un ticket féminin, ce serait merveilleux.» Un avis que partage Kathy Riklin (PDC/ZH): «Deux femmes – ou pourquoi pas trois – ce serait bon pour l’image du parti. D’autant plus que nous avons de très bonnes candidatures. Il y a assez d’hommes – et accessoirement avec une base agricole – au Conseil fédéral.» Une façon de tacler l’ancien paysan Peter Hegglin. La Zurichoise sent-elle le groupe PDC prêt à voter un ticket féminin? «C’est possible.»

Z’graggen, la décomplexée

Du côté des hommes du PDC, on n’exclut pas ce scénario. «C’est très ouvert», commente Martin Candinas (GR). «J’ai l’impression que Viola Amherd est quasi assurée d’être sur le ticket. Par contre, je n’ai aucune certitude sur qui va l’accompagner, reconnaît le sénateur valaisan Jean-René Fournier. Le choix sera fait sans pression. Car après avoir eu Doris Leuthard en 2006 et Ruth Metzler en 1999, nous sommes le parti le plus libéré sur la question des femmes au Conseil fédéral.» L’élément qui rend la thèse du ticket féminin crédible? La campagne des différents candidats. Ces dernières semaines, la cote du sénateur zougois Peter Hegglin a baissé, alors que celle de Heidi Z’graggen, la conseillère d’État uranaise, est remontée. Elisabeth Schneider-Schneiter, elle, semble déjà hors course.

«Peter Hegglin manque de charisme et reste monothématique sur les questions de finances, regrette un élu du parti sous couvert d’anonymat. En plus, il a été moqué pour ses connaissances linguistiques. En face, Heidi Z’graggen se la joue beaucoup plus décomplexée. Elle n’a peur de rien et est en train de surprendre son monde, un peu à la façon d’un Pierre Maudet l’an dernier.» Un collègue partage son analyse: «Heidi Z’graggen fait beaucoup parler d’elle. Elle y est certes contrainte car les conseillers d’État sont moins connus à Berne, mais elle réussit à se donner une image sympathique. En plus, elle a l’avantage de permettre à deux régions de retrouver le Conseil fédéral. Comme Peter Hegglin, elle est de Suisse centrale, mais elle a, comme Viola Amherd, la légitimité de représenter l’arc alpin.»

«Certains hommes ont renoncé car ils avaient des enfants en bas âge»

La tournure des événements ravit Babette Sigg, présidente des femmes PDC. «Nous avons toujours demandé qu’il y ait au moins deux candidates sur le ticket, afin qu’une soit élue. S’il n’y a que deux femmes, c’est encore mieux!» Alors qu’elle prépare des candidatures féminines depuis plus d’une année, comment expliquer que les hommes soient presque absents de la course? «Plusieurs papables masculins, à l’image de Martin Candinas (GR) ou de Pirmin Bischof (SO), ont mis en avant le fait qu’ils avaient des enfants en bas âge et qu’ils voulaient leur consacrer du temps, rappelle Babette Sigg. Ce discours que l’on entend normalement plutôt du côté des femmes montre que le PDC n’est pas le bastion conservateur que certains décrivent. Ça me fait d’autant plus plaisir.»

Une stratégie risquée

Reste que l’option d’un ticket uniquement féminin n’est qu’un scénario parmi d’autres. «Aujourd’hui encore, je pense que le fauteuil de Doris Leuthard se jouera entre Viola Amherd et Peter Hegglin. Il faut garder à l’esprit que ce dernier fait partie du «club» des conseillers aux États, explique un élu influent. Sans oublier que les sénateurs PDC sont plutôt des machos.»

Une des élues soutenant Viola Amherd craint carrément l’entourloupe. «Certains pourraient être tentés de placer Heidi Z’graggen sur un ticket à deux ou à trois pour fragiliser les chances de Viola Amherd, afin d’éparpiller les voix.» Elle résume la situation ainsi: «Si le ticket féminin est la meilleure solution pour avoir une conseillère fédérale, il n’est pas la stratégie idéale pour faire élire notre candidate la plus compétente.»

Créé: 12.11.2018, 16h47

Course au PLR

Karin Keller-Sutter tue la concurrence

«Au moins, le PDC offrira un choix. Ce n’est pas comme le PLR, qui cherche des candidats de décoration pour faire élire sa favorite.» Cette déclaration d’un élu résume assez bien les deux courses au Conseil fédéral qui se jouent en même temps, mais avec des profils diamétralement opposés. Le groupe PLR se réunit vendredi pour décider qui figurera sur le ticket pour succéder à Johann Schneider-Ammann. Une chose paraît évidente: Karin Keller-Sutter participera au sprint final, elle dont toute la Coupole prédit déjà l’élection le 5 décembre. Qui accompagnera la Saint-Galloise? «Le ticket unique n’est pas abandonné, estime le sénateur Raphaël Comte (NE). Présenter un seul nom risquerait de froisser les autres partis, mais le groupe peut aussi vouloir dire clairement quel est son candidat favori – et Karin Keller-Sutter est sans doute en pole position.»

Si le groupe retient deux noms, le Neuchâtelois reconnaît que le sénateur Hans Wicki (NW) a une longueur d’avance sur Christian Amsler, le ministre schaffhousois de l’Éducation. «Le fait d’être à Berne reste un avantage.»

Le ticket à trois, lui, semble exclu. «Je ne pense pas que le parti décidera de la même stratégie que pour la succession Burkhalter, anticipe le sénateur Olivier Français (PLR/VD). Nous étions dans une situation très particulière.» Voit-il plutôt Wicki ou Amsler défier Karin Keller-Sutter? «J’ai beaucoup de plaisir à travailler avec Hans Wicki, raconte le Vaudois. Nous échangeons et dialoguons beaucoup. Christian Amsler, je le connais moins. J’attends de le découvrir lors de la présentation des candidats à Yverdon. Mais les auditions devant le groupe seront cruciales.»

Y aurait-il encore du suspense? À Berne, il n’y a pourtant qu’un scénario qui tourne en boucle: un ticket Keller-Sutter - Wicki.

Articles en relation

«Une conseillère fédérale doit savoir montrer la voie aux gens»

Succession de Doris Leuthard La candidate PDC Heidi Z’graggen est favorable au report du pacte sur la migration. Et soutient le niveau salarial des médecins. Plus...

À l’épreuve du feu, deux papables PDC ont conforté leur avance

Course au Conseil fédéral Trois femmes et un homme briguent le fauteuil de Doris Leuthard. Ils étaient réunis pour la première fois afin d’être testés. Récit Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...