Ignazio Cassis a renoncé à son passeport italien

Succession BurkhalterDes trois prétendants PLR à la succession de Didier Burkhalter, seul Pierre Maudet possède toujours deux passeports.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le candidat au Conseil fédéral Ignazio Cassis n'est plus italo-suisse. Des trois prétendants PLR à la succession de Didier Burkhalter, seul Pierre Maudet possède ainsi toujours deux passeports.

«J'ai décidé d'abandonner ma nationalité italienne lorsque je me suis mis à la disposition de mon parti pour l'élection du Conseil fédéral», déclare Ignazio Cassis vendredi sur le site alémanique Tagesanzeiger.ch/Newsnet. «C'est ce qui m'a semblé le mieux.»

Le chef du groupe parlementaire PLR aux Chambres fédérales a hérité de la nationalité italienne de son père. En 1976, à l'âge de 15 ans, il a obtenu le passeport suisse, raconte Ignazio Cassis.

Il a déclaré ne pas être affecté de ne plus être italien sur le papier. «Je suis suisse de langue maternelle italienne. La culture et la langue italiennes, avec leur particularité tessinoise, restent mon identité, dont je suis fier.»

Débat

La double nationalité de candidats au Conseil fédéral a soulevé quelques vagues, notamment du côté de l'UDC, concernant la loyauté d'un ministre envers la Suisse. Le Tessinois a estimé que la discussion était justifiée. «Il est clair pour moi qu'il ne doit pas y avoir de doute sur la loyauté d'un conseiller fédéral.» Mais il revient au final à chaque candidat de trancher.

Le Genevois Pierre Maudet est franco-suisse. Il a déclaré plusieurs fois qu'il mettrait la question à l'ordre du jour du Conseil fédéral s'il était élu. Il est prêt à rendre au moins temporairement son passeport français si le gouvernement arrive à la conclusion que ce serait mieux.

Mauvais signal

Interrogé, le conseiller d'Etat du bout du lac défend une solution pragmatique. Renoncer d'emblée à sa double nationalité en raison d'une candidature à un poste gouvernemental est à ses yeux dangereux. «Cela donne le mauvais signal idéologique que les doubles-nationaux sont des Suisses de seconde classe.»

Pour la Vaudoise Isabelle Moret, la question ne se pose pas. Elle possède uniquement la nationalité suisse.

Pas d'interdiction

La législation helvétique n'interdit pas aux conseillers fédéraux d'être ressortissants d'un autre pays. Les ministres en poste ne peuvent en revanche pas accepter de titres et de décorations étrangères, ni exercer des fonctions officielles pour d'autres pays.

(ats/nxp)

Créé: 25.08.2017, 18h23

Articles en relation

Succession Burkhalter: qui est votre favori?

Conseil fédéral Le public zougois a pu faire connaissance lundi avec les trois candidats au Conseil fédéral, Pierre Maudet, Isabelle Moret et Ignazio Cassis. Vers qui est allée leur préférence ? Plus...

La presse alémanique découvre Maudet avec intérêt

Succession de Burkhalter L’offensive médiatique du candidat genevois semble porter ses fruits. Plus...

Didier Burkhalter pave la voie à son successeur

Suisse Le futur ex-Conseiller fédéral relève les défis pour une diplomatie dans un monde en crise «marqué par une insécurité et une imprévisibilité croissantes». Plus...

Le PLR s'abstient de toute recommandation

Succession Burkhalter Alors que Pierre Maudet, Isabelle Moret et Ignazio Cassis partent en tournée électorale cette semaine, le parti a transmis telles quelles leurs candidatures au groupe parlementaire. Plus...

Qu'est-ce qu'un conseiller fédéral peut apporter à son canton?

Succession Burkhalter Editorial Le Tessin se bat pour avoir un représentant au Conseil fédéral. Au-delà des symboles, avoir un ministre est-il utile? Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.