Passer au contenu principal

SuisseIgnazio Cassis à Rome pour sa première visite

Le Tessinois rompt avec la tradition qui veut qu'un nouveau conseiller fédéral se rende en Autriche pour son premier voyage à l'étranger.

En choisissant Rome, Ignazio Cassis rompt avec une tradition diplomatique.
En choisissant Rome, Ignazio Cassis rompt avec une tradition diplomatique.

Ignazio Cassis se rend mardi à Rome pour une visite de travail. Il s'agira de sa première visite à l'étranger depuis son élection au Conseil fédéral. M. Cassis souhaite ainsi «souligner (...) l'importance que la Suisse accorde à l'Italie», indique le DFAE.

M. Cassis rencontrera son homologue italien Angelino Alfano. L'objectif de cette visite sera de faire le point sur les questions bilatérales et les principales questions de politique internationale, a indiqué vendredi le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).

Les deux hommes aborderont notamment les questions fiscales et financières. Ignazio Cassis s'enquerra de l'état des dossiers concernant l'accès au marché italien des prestataires de services financiers et l'imposition des travailleurs frontaliers.

La collaboration entre la Suisse et l'Italie en matière de politique migratoire sera également évoquée. Les deux ministres des affaires étrangères feront notamment le point sur la situation en Méditerranée et en Libye.

Les relations entre la Suisse et l'Union européenne (UE), la vision italienne de l'avenir de l'UE et les défis de cette dernière seront au menu des discussions. M. Cassis s'intéressera également à la présidence italienne de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) en 2018.

L'Italie est le cinquième partenaire commercial de la Suisse, avec un volume d'échanges commerciaux de 34 milliards de francs en 2016. Quelque 320'000 Italiens vivent en Suisse, ce qui en fait la plus grande communauté étrangère du pays, et 70'000 frontaliers italiens travaillent en Suisse. Plus de 50'000 ressortissants suisses vivent en Italie.

Avec cette visite, M. Cassis rompt avec la tradition qui veut qu'un nouveau conseiller fédéral se rende en Autriche pour son premier voyage à l'étranger. Le pays est toutefois dans l'attente d'un nouveau gouvernement après les élections du 15 octobre, remportées par le ministre sortant des affaires étrangères Sebastian Kurz.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.