«L’important est de savoir comment on veut vivre en Suisse»

surpopulationPour la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, le débat sur la surpopulation pose la question de l’acceptance et des réformes nécessaires à notre pays en matière d'infrastructures ou de logement.

Simonetta Sommaruga à propos de la surpopulation en Suisse:

Simonetta Sommaruga à propos de la surpopulation en Suisse: "Comment veut-on vivre dans ce pays? Comment financer des logements? De quelles infrastructures a-t-on besoin? Ce sont ces questions importantes que se pose le Conseil fédéral. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alors que le cap des 8 millions d’habitants a été franchi en Suisse, l’inquiétude monte parmi la population: la surpopulation guette-elle la Suisse? Dernier épisode en date, l’icône de l’écologie Franz Weber soutenait l’initiative populaire «Stop à la surpopulation, pour la garantie des conditions de vie naturelles» de l’association Ecopop. Une information révélée par notre site Internet. Ministre de justice et police, en charge de la politique migratoire en Suisse, la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga répond à nos questions.

24 heuresLa Suisse, toute étonnée, s’est réveillée cet été avec 8 millions d’habitants. Comment appréhendez-vous cette nouvelle problématique en relation avec l’immigration?

Simonetta Sommaruga: Dans le débat qui s’ouvre en ce moment, des chiffres différents sont articulés: 8 millions, 9 millions, 10 millions d’habitants en Suisse. Cela démontre que ce n’est pas le chiffre qui est central dans cette discussion, mais plutôt la question de savoir combien de personnes notre population peut accepter. Et des questions se posent: quelles sont les tâches d’un pays pour sa population, celles aussi de l’aménagement du territoire. Et comment vit-on dans notre pays? Il y a des réformes à mener à l’intérieur de la Suisse, même si nous restons à une population de 8 ou 9 millions d’habitants.

N’est-ce qu’une question liée à l’immigration?

Il y a toujours plus de personnes qui viennent dans notre pays pour y travailler. Et je l’ai déjà répété à plusieurs reprises, nous devons développer les possibilités pour les femmes de concilier le travail et la vie de famille. C’est l’une des pistes immédiates. Car cela participe à l’augmentation de la population vécue par les résidents en Suisse: l’économie va chercher à l’extérieur, alors qu’il y aurait des possibilités à l’intérieur: notamment les femmes.

Et selon vous, à partir de combien d’habitants y aurait-il surpopulation?

Il n’est pas possible de fixer un chiffre: cela ne ferait pas sens. Si on nous avait dit il y a quelques années que nous arriverions à 8 millions, cela aurait été très difficilement imaginable pour la plupart. Comment veut-on vivre dans ce pays? Comment financer des logements? De quelles infrastructures a-t-on besoin?

Ce sont ces questions, importantes, que l’on doit se poser, et qui préoccupent les gens. Le Conseil fédéral dans le rapport publié avant l’été (n.d.l.r.: le rapport sur la libre circulation des personnes et l’immigration en Suisse) a dit vouloir attaquer ces problématiques et entend apporter des solutions. C’est cela que la population attend de nous. L’important n’est pas à combien, mais comment veut-on vivre en Suisse?

Créé: 09.08.2012, 16h24

Articles en relation

«Je soutiens l’initiative d’Ecopop contre la surpopulation»

Franz Weber L'icône de l’écologie en Suisse prend position dans le prochain numéro du Journal Franz Weber en faveur de l'initiative de l’association Ecopop, décriée pour ses positions extrémistes. Avec qui les milieux environnementalistes de gauche ont pris leurs distances. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.