Aménagement: Genève dit «non» à la densification

Votations du 9 févrierLe double «non» dimanche constitue un nouveau revers pour la politique d'aménagement du territoire du Conseil d'Etat. Le maintien de la taxe sur les chiens rassure les communes.

Le déclassement de deux zones villas en zone de développement à Cointrin n'a pas passé la rampe populaire.

Le déclassement de deux zones villas en zone de développement à Cointrin n'a pas passé la rampe populaire. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La densification du territoire passe de plus en plus mal à Genève. A plus de 55%, le souverain a refusé dimanche de déclasser deux zones villas en zone de développement à Cointrin, à proximité de l'aéroport. Il a aussi dit «non» à 67,26% à l'abolition de la taxe sur les chiens.

Le déclassement de Cointrin-Est, dans la commune de Meyrin, est refusé par 55,71% des votants (57'249 non et 45'510 oui), tandis que celui de Cointrin-Ouest, à cheval sur Meyrin et Vernier, est rejeté par 55,32% des voix (56'783 non et 45'853 oui). Les modifications de zone de ces deux secteurs, qui totalisent 22,5 hectares, étaient attaquées par une coalition d'associations, principalement de riverains. Le taux de participation s'élève à 43,12%.

Ces résultats constituent un nouveau revers pour la politique d'aménagement du Conseil d'Etat. En novembre dernier, la densification du Petit-Saconnex et une modification de zone au Grand-Saconnex en vue d'un projet immobilier étaient refusées de justesse. Peu après, le magistrat Antonio Hodgers, en charge du Département du territoire (DT), annonçait la tenue, au printemps, de rencontres du développement.

Crise du logement aggravée

Le fait que la majorité des communes a refusé les déclassements à Cointrin montre qu'il y a «un rejet du développement à Genève, le sentiment que tout va trop vite», analyse Antonio Hodgers, également président du Conseil d'Etat, interrogé par Keystone-ATS. Il va réunir les acteurs du logement, dont l'ASLOCA et la Chambre genevoise immobilière, pour savoir «comment ils voient la suite.»

Prenant acte de ce résultat, le magistrat y voit l'addition de votes conservateurs (UDC et MCG), des Jeunes Verts et du PLR. «Quel est le projet de société de cette alliance contre-nature?» s'interroge-t-il.

Pour M. Hodgers, le refus de dimanche va bloquer d'autres projets en zone villas et aggraver la crise du logement. Avec deux effets concrets: une augmentation du prix des loyers et du flux de frontaliers. Paradoxalement, les Genevois ont dit «oui» dimanche à 60,10% des voix à l'initiative fédérale «Davantage de logements abordables».

Réverbération du bruit

Les deux zones à Cointrin faisaient partie des grands projets prioritaires d'urbanisation du canton. Objectif: pallier la pénurie de logements en construisant en ville, près des axes de transports publics afin d'éviter le trafic pendulaire. Quelque 2300 logements et 800 emplois devaient y voir le jour à l'horizon 2050. Le Conseil d'Etat veut reprendre les discussions sur l'avenir de ce périmètre.

Pour les référendaires, ces secteurs situés à 50 mètres de l'autoroute et à 700 mètres du tarmac de l'aéroport sont inadaptés à une densification car dangereux pour la santé en raison de la pollution atmosphérique mais surtout sonore. Contestant les études acoustiques mandatées par le canton, ils estiment que les façades des futurs immeubles allaient, par réverbération, amplifier le bruit des avions.

Trois comités ainsi que le PS, le PDC et Ensemble à Gauche appelaient à accepter ces déclassements afin de construire des logements de qualité pour toutes les classes de la population et de créer des espaces publics verts et mutualisés. Ils mettaient aussi en avant le fait que l'aéroport s'est engagé à réduire ses émissions sonores d'ici à 2030.

Chiens encore taxés

Les Genevois ont aussi refusé dimanche par 67,26% des voix (74'446 non et 36'237 oui) d'abolir la taxe sur les chiens qui rapporte 2,1 millions de francs au canton et aux communes. Un résultat qui satisfait le Conseil d'Etat. Le taux de participation s'est élevé à 43,12%.

Adoptée par le Grand Conseil, grâce aux voix de l'UDC, du MCG, du PLR et d'Ensemble à Gauche, la suppression de la taxe sur les chiens faisait l'objet d'un référendum facilité car elle modifie l'assiette fiscale. Les partisans de l'abolition considèrent cet impôt comme injuste et discriminatoire. Le chien, facteur de lien social, est le seul animal de compagnie à être taxé, déplorent-ils.

Pour le comité référendaire, qui réunit des membres du PS, des Verts, du PDC et du PLR, cet impôt est nécessaire pour couvrir les coûts liés au nettoyage des déjections et à la mise à disposition de caninettes et de sacs. En charge de l'entretien de la voirie, les communes allaient être pénalisées par sa suppression. (ats/nxp)

Créé: 09.02.2020, 15h36

Articles en relation

Taxe sur les chiens: recours contre la brochure rejeté

Genève Les partisans de l'abolition de l'impôt sur les chiens à Genève ont fait recours contre la brochure explicative, qui induirait les citoyens en erreur. La justice les a désavoués. Plus...

Le projet d'urbanisation à Cointrin en votation

Genève Le déclassement de deux zones villas à Cointrin (GE) sera soumis au vote le 9 février. Ce projet est attaqué par voie référendaire par des riverains qui craignent une hausse des nuisances sonores. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.