Passer au contenu principal

L’infirmière était «adorée et respectée de tous»

Le premier procureur Stéphane Grodecki confirme qu’il s’agit d’un drame conjugal.

Des fleurs ont été déposées sur les lieux du drame, à Carouge.
Des fleurs ont été déposées sur les lieux du drame, à Carouge.
Pierre Albouy

Quelques fleurs blanches et des bougies déposées sur le trottoir. Ce sont les seules traces qui restent du drame survenu vendredi après-midi en pleine rue à Carouge. Une femme a été abattue par son mari, armé d’un pistolet, qui s’est ensuite donné la mort. Il l’attendait à la sortie de son travail, devant l’EMS Résidence des Pervenches, selon Le Matin Dimanche. L’infirmière y travaillait depuis treize ans. Effondrés, ses collègues témoignent dans nos colonnes.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.